Manneken–Pis et la petite souris SAS
Sep07

Manneken–Pis et la petite souris SAS

J’ai été bien surpris, il y a peu, de voir une souris trotter dans ma chambre. J’aime bien les animaux, mais tout de même, dans ma chambre, je trouve que ça coupe l’intimité. Que venait-elle donc faire dans ma chambre ! Elle s’approcha et finalement prit une position assise, et me regarda fixement dans les yeux. Je ne fis ni une ni deux, pris Carabas par le cou, l’envoyai assez brutalement vers le palier, et refermai la porte aussitôt. – Manneken, ça ne va pas du tout. – Comment ça ? Que se passe-t-il ? – Je suis Sas. Enfin, ce n’est pas vraiment mon nom, c’est une anagramme. Je préfère l’incognito. Je viens de l’aéroport de Stockholm. On veut me chasser de l’avion, alors que ne n’ai rien fait de mal. Pourrais-tu accepter qu’on te donne une gifle avant même que tu aies fait quelque chose de travers ? – Qu’est ce que c’est cette histoire ? – Mais oui, j’avais décidé d’habiter dans l’avion du vol Stockholm-Chicago, et voilà qu’on me cherche misère et qu’on veut me déloger. Je suis venu pour demander ton aide. – On ne t’a pas chassé sans raison. On craint simplement que tu ne te mettes à ronger les câbles électriques, et ainsi d’abîmer les commandes de l’appareil. – Mais Manneken, je n’ai rien fait de mal. Ai-je tiré sur la foule ? Ai-je une armée qui déferle sur la ville ? Ai-je bombardé Hiroshima ? Ai-je déboisé la Forêt Amazonienne ? Engraissé les vaches avec des aliments inadéquats ? T’ai-je accusé de viol ? Ai-je mis en vente des valeurs fantômes ? Escroqué une banque ? – Non, Sas, bien sûr que tu n’as pas fait tout ça. – Eh bien, rends-toi compte. On me cherche les puces, alors que tous ces fauteurs, cette bande de zinnekens, on les gronde à peine. – Mais, Sas, que veux-tu que j’y fasse ? – Manneken, tu es une personnalité incontournable. Tu as plus de poids que n’importe quel politicien flamand. Ne crois-tu pas que tu es capable de remettre de l’ordre dans cette échelle des valeurs ? – Franchement, Sas, je ne vois pas ce que je pourrais faire. Alors Sas s’est levé et a sauté sur la table. Elle s’est approchée de mon oreille, et m’a murmuré tout un tas de choses… – C’est entendu, je m’en occupe. Le lendemain, c’était la pagaille dans les banques. La BCE annonçait une Assemblée Générale Extraordinaire. La Fed annonça un remaniement important dans son Conseil d’Administration. Suez demanda la fermeture de la Bourse. Enfin, c’était à peu près le « Nacht und Nebel ». Et...

Read More

Manneken-Pis et les retards du chemin de fer

Au Congrès du Chemin de Fer, qui a tenu ses assises récemment à Grand Big Gare, quelque part pas loin de Bruxelles le problème des retards des trains a été évoqué. La Belgique a été pointée du doigt. Je n’ai pas manqué de souligner, au contraire, la régularité de la SNCB, vu que pour rendre visite à mon cousin, je suis arrivé à Grammont avec un retard de 35 minutes pour l’aller, et de 35 minutes pour le retour. On a alors analysé les remèdes qui devaient être apportés au système ferroviaire, pour améliorer la situation. Un convoyeur a lancé une idée qui valait la peine d’être approfondie. Il a suggéré qu’en faisant rouler les trains plus vite, ils arriveraient plus tôt. Comment faire ? C’est fou comme on peut avoir des idées quand on travaille en groupe ! En augmentant le diamètre des roues motrices, on parcourrait une plus grande distance par tour de roue. En ne s’arrêtant pas à certaines gares, on gagnerait du temps. Une femme, blonde bien sûr, a combattu cette proposition : – Si vous allez de Bruxelles Midi à Bruxelles Central, sur cette petite distance, vous n’enregistrerez pas de retard. De même entre Bruxelles Central et Bruxelles Nord, ainsi que de Bruxelles Nord à Schaerbeek. Donc je propose que les trains s’arrêtent à toutes les gares, et même qu’on ajoute des gares arrêts supplémentaires. Quand un sous-chef a émis l’idée de modifier les horaires en ajoutant quelques minutes à chaque arrivée pour se mettre à jour avec la réalité, alors j’ai quitté la réunion. Je me suis rendu dans un magasin de jouets, et me suis acheté un train électrique complet avec rails, signaux, passages à niveaux, un tunnel, une montagne et même une gare avec réverbère. Je l’ai installé sans peine, et j’ai passé ma soirée à lui faire faire des trajets. Il devait effectuer cinquante fois son circuit, avec chaque fois un arrêt à la gare. J’ai chaque fois noté ses heures d’arrivée, et j’ai observé que le train tenait une régularité d’horloge. – Bon, voilà quelque chose d’intéressant, me suis-je dit. Si le train obtient une telle régularité, alors il ne faut pas mettre les retards sur son dos, sur les roues, les arrêts de gare et tout ça. Les retards doivent donc provenir d’un facteur humain. J’ai emballé le train et je sui parti avec chez mon psy, pour lui demander conseil. C’est un homme fort sympa et compréhensif. Nous avons joué avec le train pendant une heure et demie, et alors il m’a dit qu’il pensait que les retards provenaient bien d’un comportement humain anormal, Il m’a proposé...

Read More
Manneken-Pis contre Manneken-Pis
Jan21

Manneken-Pis contre Manneken-Pis

On est de plus en plus harcelé par des coups de téléphone de gens bien intentionnés qui veulent vous vendre des articles dont on n’a que faire. Ce sont en général des demoiselles à la voix plus qu’amicale, et je dois dire que ça me fait toujours grand plaisir de papoter avec elles. Je les écoute avec beaucoup d’attention, en fermant les yeux, pour essayer de m’imaginer à quoi elles ressemblent. Mais l’autre jour, à l’heure du midi comme d’habitude, c’était une voix d’homme qui me proposait du vin. Pas n’importe quelle piquette. Des bouteilles de grands vins. Des Bordeaux « crus bourgeois » remis à domicile, avec en prime un tire-bouchon et un thermomètre spécial. Je n’aimais pas trop sa voix. Aussi je lui demandai : « Passez-moi donc votre fille. C’est toujours avec elle que je traite ». – Mais Monsieur, je n’en ai pas. – Ah ça alors. Passez-moi votre épouse, si vous voulez bien. – Mais Monsieur, je suis célibataire. – Ah, ça tombe mal. – Pardon ? – Rien. Je pensais tout seul. – Mais le vin que j’ai l’honneur de vous présenter, c’est un vin que vous ne trouverez pas dans le commerce. – Ah bon ? – Oui, il s’agit d’un « Château Comte Manneken Pis » 2008, de la région de Pauillac. Appellation contrôlée bien sûr. – Ca alors. – N’est ce pas ? Et comme client privilégié, je vous fais un rabais de 10%. – Mais si c’est du Comte Manneken Pis, je vous en achète volontiers une bouteille. – C’est-à-dire, Cher Monsieur, qu’on le vend par caisse de 12 bouteilles. Finalement on s’est mis d’accord pour 12 caisses de Château Manneken Pis 2008. Ils sont tout de même forts, ces vendeurs. Le vin est bien arrivé. La première chose que j’ai fait, c’est de faire constater par exploit d’huissier que les bouteilles étaient bien intitulés Château Comte Manneken-Pis. Ensuite j’ai appelé mon avocat, et l’ai chargé de faire procès contre le Comte Manneken-Pis pour usurpation de nom, utilisation frauduleuse de nom en vue d’actes commerciaux illicites, utilisation d’étiquettes à mon effigie sans mon accord préalable (et subsidiairement atteinte à ma vie privée par voie d’images photographiques,) commercialisation de produits périssables sans mon accord préalable, fausse déclaration de lieux d’origine du produit, confusion possible quant à la demande de garantie du produit incriminé dont j’entends bien ne pas avoir à répondre, et enfin appellation contrôlée attribuée à une marque de produit pouvant donner lieu à confusion par rapport aux produits de ma marque. Ils sont quand même forts, ces avocats. J’ai perdu le procès, car les vins Château Manneken-Pis ont une antériorité...

Read More
Le Nouvel An de Manneken-Pis
Déc31

Le Nouvel An de Manneken-Pis

On ne peut pas dire que je sois un fervent de la fête de Nouvel An. Car c’est à cette époque-là que je reçois le plus de visite. C’est fou comme les gens viennent me voir avant et après leur dîner de réveillon. Ils n’ont qu’une chose en tête : le dîner de Nouvel An, les cotillons et le baiser de minuit, de préférence sur la bouche. Et croyez-vous qu’ils restent longtemps me voir ? Ou bien ils ont faim, ou bien ils sont saouls. Et comme en plus il fait froid, alors… Et que croyez-vous qu’ils mangent ? Certainement pas des boestrings, des sproetjes, du boudin blanc et de la plattekees… Non, Nouvel An est une fête où on mange comme il faut. Et où on ne regarde pas à la dépense. Ni aux pourboires des vestiaires, ni au coiffeur de Madame. Sans compter les étrennes, et aussi le facteur, les immondices et tout ça. Si on ajoute à ça les vœux, et les timbres qui vont de pair, la visite à l’arrière grand-mère maternelle et à la marraine, et tout et tout, on arrive vite à un montant exorbitant, que j’ai estimé, rien que pour notre petit royaume, à quelques cinq cent millions d’euros. Moi j’appelle ça du matérialisme. D’abord, pourquoi fêter année après année le cycle complet du soleil sur sa trajectoire. Alors qu’on ne s’est jamais mis d’accord sur la date. Ne voit-on pas les Chinois choisir le 25 janvier, les Arabes encore à une autre date. C’est comme s’il y avait une dizaine de Nouvel An sur notre planète chérie. Si on fêtait le Nouvel An tous les quatre ans, quand l’année est bissextile, on dépenserait alors quatre fois moins. Mais j’ai en vue un projet qui fera pour notre planète une économie colossale. Il y a des gens qui viennent de très très loin, nous rendre visite. Régulièrement. Ils sont si gentils. Ils nous font des grands signes en passant, et allument des tas de lumières ; des bougies, des lampes de poche. Ils nous lancent des pétards même. Et ils font des photos avec flasch. Ils ne restent pas longtemps, guère plus qu’une dizaine de jours, et continuent leur voyage sans s’arrêter. Et ça depuis des siècles et des siècles. Et avec une régularité d’horloge. Chez nous, une telle ponctualité ne serait pas de mise, avec les grèves des navigateurs du ciel espagnols, des chemins de fer français, des raz de marée, des problèmes liés à Likiweak, des deux Chefs d’Etat de la Côte d’Ivoire et de la tendinite à l’avant bras de Justine Henin. Alors mon idée, c’est de fêter le...

Read More
Manneken Pis et la Présidence Belge de l’UE
Déc30

Manneken Pis et la Présidence Belge de l’UE

La Belgique a pris la Présidence de l’Union Européenne durant le semestre écoulé. Et malgré l’absence d’un gouvernement capable de grandes réformes, la Belgique a bien accompli sa mission européenne. De toutes parts, les échos se sont relevés positifs. Je pense néanmoins qu’il a raté le coche. On avait ici une occasion en or de couper court à l’envie qu’ont les commissaires et les ministres de défendre les intérêts de leur Etat au lieu de servir avant tout l’intérêt de l’Europe. Et ça, aucune Présidence n’a jamais réussi sur ce plan. Et voilà que la Belgique, grande Reine des compromis, n’a pas compris qu’elle pouvait y arriver. Et c’est tristement dommage, car elle aurait enfin pu redonner à notre pays une renommée et un lustre qui lui fait si justement défaut en ces temps difficiles. Mais vous me direz : « Mais Manneken toch, tu rêves, ou quoi ? » Mais non, et c’est même tellement simple, que personne n’y a songé. Avez-vous déjà joué à bataille ou au Monopoly ? Peut-être, mais pas comme je vais vous le présenter maintenant. Vous avez votre jeu, mais vous décidez qu’un autre partenaire joue avec vos pièces et que vous jouez avec les pièces encore d’un autre des joueurs. Ca complique joliment le jeu. Vous avez votre jeu devant vous, mais on décide que c’est le jeu de Pietje et donc vous essayez de le faire gagner, comme Pietje joue avec le jeu de Pauleken pour faire gagner Pauleken, etc… C’est clair ? Si Pietje perd, comme il joue avec votre jeu, c’est vous qui avez perdu. En fait, il n’a aucun intérêt de gagner ou de perdre, puisqu’il joue avec votre jeu. C’est bien clair ? Et donc, aucun des joueurs ne se sent vraiment perdant, ni gagnant. C’est toujours clair ? Hum… Bon, maintenant, pourquoi est-ce que je vous raconte cette parabole ? Bien sûr, vous l’aurez deviné, c’est pour montrer comment la Belgique a raté le coche lors de la Présidence Belge de l’UE. Car il suffit de faire en sorte que les ministres et autres personnages mandatés par la France auront à défendre les intérêts des Polonais (mettons), qui, eux, défendront au Parlement Européen les intérêts de la Grèce (mettons) qui, eux défendront les intérêts de la Croatie (mettons), etc… Aucun des Eurodéputés, Euro-Ministres, Euro-Commissaires, ne défendront bec et ongles les intérêts des vignerons français ou des producteurs de plum pudding de Birmingham, puisqu’ils ne sont pas Français, Britanniques, etc…et dès lors, toutes les Euro-Recommandations seront votées avec un objectif centré sur l’Europe. Je vous quitte, car je dois prendre le Thalys pour Paris, où on m’attend à...

Read More
Manneken-Pis et la formation d’un gouvernement
Déc26

Manneken-Pis et la formation d’un gouvernement

Pendant mes dernières vacances, j’étais au marché de Marrakech. Un marchand d’ananas m’interpela pour me demander où en était le gouvernement belge. Je lui répondis qu’on ne le formerait pas avant d’avoir négocié sur certaines mesures de base. Alors il me dit, en me faisant un clin d’œil : « Si après six mois vous n’êtes même pas capable de former un gouvernement, alors vous devriez voir l’éléphant ». Un peu plus loin, à l’échoppe de masques et de colliers de souvenirs, le marchand m’interpela en me posant la même question. Après ma réponse, il me fit un clin d’œil en me disant : « Vous devriez voir l’éléphant, non ? » J’étais intrigué par ces propos. Quand j’arrivai enfin à la boutique où l’en vendait du cacao, le marchand, que je connaissais de longue date, me salua, avec un clin d’œil, en me criant : « Hé le Belge, va donc voir l’éléphant et tu auras ton gouvernement ». J’ai cru à un coup monté, quand, au début du mois de décembre, je fus invité à la commémoration du décès du »sage » Nanan Boigny » le père de la nation, à Abidjan. J’étais quelque part en ville, dans la foule, un verre vide en main, lorsque l’Attaché Culturel m’aborda. Il m’informa de son intention de venir à Bruxelles pour participer à une réunion sur la biodiversité et passera évidemment me voir en passant. Je profitai de l’occasion pour lui raconter ce qu’il s’était passé à Marrakerch. Il me regarda avec un air goguenard, et me dit : – Tu n’as donc pas compris ce message ? Mais manneke toch, c’est justement ici qu’on t’a envoyé. – Comment, ici ? – Mais oui, l’éléphant, c’est la Côte d’Ivoire, bien sûr. Il suffit de voir nos armoiries. – Awel, tu m’en diras tant ! – Oui, et maintenant j’ai une idée. Nous, on a deux gouvernements. Deux, c’est tout de même un de trop. Alors, je vais en parler au boss, et lui demander s’il ne peut pas envoyer l’un des deux en Belgique, histoire de régler les problèmes belges une fois pour...

Read More
La Noël de Manneken-Pis
Déc21

La Noël de Manneken-Pis

Comme il a eu de la chance, notre petit Jésus, de naître dans une étable, à coté d’un âne et d’un bœuf. Couché sur de la paille. Et d’avoir la visite des trois rois mages, qui lui offrent des tas de cadeaux. Ne croyez tout de même pas que je sois jaloux. D’ailleurs je m’imagine très bien un petit bébé Manneken Pis, né à la Noël. Il serait né dans une petite église, l’Eglise Marie la Misérable, à quelques pas de Bruxelles. Entouré d’un lion et d’un coq. Manneken Pis sur la paille ? Ah ça non. Il ne manquerait plus que ça… Et ils seraient venus aussi, les trois rois mages. Hu Jintao, Barak Obama et Herman Van Rompuy. Les Présidents des trois plus grandes puissances de cette planète : L’Empire du Milieu, Les Etats-Unis d’Amérique et l’Union Européenne. Hu Jintao serait arrivé à Bierset, dans la Cité Ardente Barak Obama aurait atteri à Charleroi, au Pays Noir, on s’en doute. Quant à Herman Van Rompuy, il viendra avec son bâton de pèlerin de Bruxelles National bien sûr. Avec des tas de cadeaux. Hu Jintao viendrait avec une cuisse de poulet sauce aigre-douce. Barak Obama avec une bouteille de Coca Cola.  Herman Van Rompuy avec un cornet de frites, comme il se doit. Mais voilà, après deux mille ans, on parle encore toujours de Jésus. A cause de sa dialectique. Il avait certainement un débit de parole énorme. Mais après tout, n’ai-je pas aussi un débit important, non...

Read More