Gare de Bruxelles-Midi

La gare de Bruxelles-Midi (en néerlandais : station Brussel-Zuid) est une des trois grandes gares ferroviaires de Bruxelles, située dans la commune de Saint-Gilles.
Cette gare, qui était un terminus lors de son inauguration en 1869, est devenue une gare de passage depuis l’ouverture de la jonction Nord-Midi en 1952.

La ligne de chemin de fer du Midi, destinée tout d’abord à relier Bruxelles à Mons puis, par la suite, à la frontière française et au-delà, a été créée en 1839. Son terminus était installé à proximité du centre de la ville, dans un bâtiment de bois construit à l’emplacement de l’ancien cloître du couvent des Bogards, là où se situe aujourd’hui la place Rouppe. Les voies pénétraient en ville par la large avenue du Midi, devenue aujourd’hui l’avenue de Stalingrad. La gare des Bogards prendra très vite le nom de « gare du Midi ».

Le succès du nouveau mode de transport est immédiat, le réseau des chemins de fer belge s’accroit rapidement et devient le plus dense du continent. Déjà on envisage de relier la gare du Midi à la gare du Nord, projet qui ne sera réalisé que plus d’un siècle plus tard. Vers 1860, la gare du Midi arrive à saturation et sa situation trop proche du centre commence à poser des problèmes. Il est décidé d’en construire une nouvelle de plus grande dimension, en dehors des boulevards qui forment le pentagone bruxellois, sur le territoire de la commune de Saint-Gilles.

La première gare monumentale est inaugurée en 1869. Elle est conçue par l’architecte Auguste Payen (1801-1877). Elle sera le pôle de développement du quartier et restera en fonction jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, époque où est réalisée la jonction Nord-Midi à travers la ville (cette jonction est terminée en 1952).

La deuxième gare est inaugurée en 1949 : elle est couverte d’un parement de briques jaunes et lisses (appelées briques de Fauquenberg) et est surmontée d’une tour d’horloge carrée. Les salles de guichets en occupent le rez-de-chaussée, tandis que les voies sont placées sur le toit, point de départ d’un pont en fer forgé qui leur permet de traverser les boulevards et de rester en hauteur jusqu’au niveau de la gare de Bruxelles-Chapelle, à partir de laquelle elles deviennent souterraines.

La plupart des bâtiments actuels, de style moderniste, sont édifiés entre 1939 et 1954 d’après les plans des architectes Adrien et Yvan Blomme et Fernand Petit. La partie arrière, bâtie à front de la place Victor Horta, dessinée en 1992 par l’architecte Marc De Vreese, sert de gare de terminal aux trains à grande vitesse de la ligne Paris-Bruxelles-Cologne-Amsterdam. Elle occupe l’emplacement d’une partie de la gare de 1939-19541.

Durant les années 1990 et 2000, le quartier qui environne la gare est profondément transformé. Du côté saint-gillois, des plans d’expropriation en cours à partir de 1992 ont abouti, en 2012, à la création de tours d’immeubles de bureaux constituant un secteur économique tertiaire le long de l’avenue Fonsny, ainsi que d’extensions de la gare le long de la rue de France, les deux artères qui encadrent la gare. Ce pôle d’affaires situé au sud du centre ville, à deux pas de celui-ci, est destiné, dans l’esprit des pouvoirs publics, à faire pendant au Quartier Nord situé près de la gare du nord, de l’autre côté du centre-ville.

La gare comporte 22 voies à quai, dont deux dédiées exclusivement aux trains Eurostar.

Author: krek

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *