Manneken-Pis et l’Ordre des Disciples de Saint-Luc
Mar19

Manneken-Pis et l’Ordre des Disciples de Saint-Luc

L’Ordre des Disciples de Saint-Luc ODSL, l’Ordre des disciples de st-Luc est une association d’étudiants bruxellois en Sciences médicales, paramédicales et des Beaux-Arts. Voici les paroles du Chant de l’Ordre Des facultés où je réside, Notoirement hyménicides, D’Alma Mater à austère, Il n’y a rien de plus fier, Que d’prêcher dans la bière. (Refrain) Disciples de Saint-Luc, Io, nous le jurons, Disciples de Saint-Luc, Io, nous resterons! La cervoise dont je suis avide, Me gonfle et me remplit le bide, Saint-Luc, pardonne-moi cet écart, Mais je n’peux dès le soir, M’empêcher d’être noir. D’estempiste à médecin légiste, Gynéco ou impressionniste, Patron, protêge tes fidèles, Des putains, des pucelles, Tout au moins pour ce soir. Le taureau, la toge, le calice, Que jamais tu ne les trahisses, Un blâme ou bien quarante à-fonds, Un lynchage, un gorgeon, Ad Patres te méneront. De pustulant à fin de cycle, Honore le Roi et les Disciples, Qu’à jamais d’mémoire de sapin, Ou d’présage de devin, On n’médise des tiens. Source et infos www.odsl.be – sites-final.uclouvain.be –...

Read More
Manneken-Pis en costume de Noiraud
Mar18

Manneken-Pis en costume de Noiraud

A propos des Noirauds Depuis 1876 les « Noirauds », à l’époque du carnaval, parcourent les rues de Bruxelles et de ses environs. Ils en visitent les restaurants dans le but de collecter au profit de l’enfance en difficulté. Le costume, haut de forme blanc, habit noir, pantalons bouffants de couleur vive, chaînes et breloques clinquantes et visage noirci, est certes spectaculaire, mais il a pour but de se faire remarquer dans la bonne humeur pour remplir les troncs en forme de poupée noire. Ce costume a une histoire… lors de la création en création en 1876, nous sommes en pleine période de découverte de l’Afrique et c’est ainsi que l’imagination populaire se représente les notables africains. Et puis le maquillage noir est bien pratique pour sauvegarder l’anonymat des collecteurs dans les restaurants qu’ils fréquentent très régulièrement en temps que clients. Sources Manneken-Pis en Noiraud : www.manneken-pis.be/2016/03/12/manneken-pis-en-noiraud – Manneken-Pis et les Noirauds A propos des Noirauds :...

Read More
Manneken-Pis et la Saint-Patrick
Mar17

Manneken-Pis et la Saint-Patrick

A propos de la de la Saint-Patrick La Saint-Patrick est célébrée le 17 mars par les Irlandais pour honorer Saint Patrick, un missionnaire qui a converti l’Irlande au christianisme. On dit qu’il a utilisé le trèfle pour expliquer le concept de la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Depuis ce jour, le trèfle est l’emblème national de l’Irlande et les Irlandais le portent fièrement à leur boutonnière le jour de la Saint Patrick. Sources A propos de la de la Saint-Patrick :...

Read More
Manneken-Pis et la Brigade d’infanterie d’Irlande
Mar17

Manneken-Pis et la Brigade d’infanterie d’Irlande

A propos des les Brigades d’Irlande Malgré la fin de la guerre en Europe, des milliers de Belges furent formés en Irlande. La capitulation allemande en Europe ne mit pas fin à la guerre, tant s’en faut, le 8 mai 1945. La guerre se poursuivait en effet toujours en Asie et sans l’irruption de la bombe atomique, rien ne permet d’avancer qu’elle se serait terminée quelques mois plus tard. Qui plus est, il fallait également nourrir le cadre des troupes d’occupation en Allemagne. C’est pourquoi l’on continua à former des troupes à ce dessein mais également pour d’éventuelles interventions sur d’autres champs de bataille. Ce fut aussi le cas en Belgique avec les Brigades d’Irlande, à savoir la mise sur pied de cinq brigades d’infanterie de cinq mille hommes qui furent envoyées en Irlande du Nord afin d’y recevoir un entraînement solide. Un certain nombre d’entre eux ne seraient démobilisés que de longs mois plus tard. Une heureuse tradition veut que la fraternelle de la 5e Brigade d’infanterie Merckem se réunisse le 17 mars, jour de la Saint-Patrick, patron de l’Irlande… C’est ou l’Irlande ? Sources A propos des les Brigades d’Irlande : www.lalibre.be Map : maps.google.be Photos :...

Read More
Manneken-Pis en crosseur
Mar09

Manneken-Pis en crosseur

Le crossage c’est quoi ? Le crossage est un jeu ou un sport pratiqué dans le sud de la Belgique et le Nord de la France. Certains y voient un ancêtre du golf. On en connaît au moins trois formes. Le crossage en plaine : Appelé aussi « jeu de chôle », le crossage en plaine trouve ses origines au Moyen âge. Aujourd’hui encore ce jeu est pratiqué très régulièrement et avec une grande passion autour de Maubeuge, en France, et de Mons-Borinage en Belgique. La crosse est constituée d’un manche (le fût) le plus souvent en bois de hêtre terminé à l’une des extrémités par un « fer »… Le crossage à l’tonne : Cette forme est dérivée de la précédente mais se pratique dans les rues des villages. Le but est d’atteindre un tonneau de bière disposé devant un débit de boisson. Le danger inhérent à ce jeu l’a fait interdire à maintes reprises. On connait déjà une ordonnance du roi Philippe V en 1319 interdisant le crossage en rue. En 1700, les crosseurs lillois sont chassés de la ville. Aujourd’hui le « crossage » de la ville de Chièvres attire des centaines de participants le jour du mercredi des cendres, au lendemain du mardi gras… Le crossage de Chièvres Jeu multi séculaires, le crossage, en plaine ou en rue, demeure l’une des grandes traditions de contrées parfois lointaines. Et Chièvres peut se targuer d’avoir renoué avec ce sport ancestral en perpétuant, de la plus belle manière, le riche passé patrimonial qui lui a été légué. Au milieu des années 70, le chiffre de 200 crosseurs est atteint à Chièvres lors du Mercredi des Cendres. Actuellement, un millier de crosseurs vient frapper la cholette sur Chièvres et Vaudignies le lendemain du Mardi Gras. Chièvres c’est ou ? Sources et infos Manneken-Pis en Joueur de Crosse : www.manneken-pis.be/manneken-pis-en-joueur-de-crosse – Office de tourisme de Chièvres : www.otchievres.be – Le crossage c’est quoi ? fr.wikipedia.org – Crossage de Bernissart : www.bernissart.be – Google Maps :...

Read More
Manneken-Pis en costume hongrois
Mar07

Manneken-Pis en costume hongrois

A propos de la Présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne Du 1er janvier au 30 juin 2011, la Hongrie prend la tête du Conseil de l’Union européenne. Succédant à la Belgique, qui, dans ce rôle, s’est tenue en retrait, la Hongrie compte au contraire être très active. Il s’agit du troisième pays de la nouvelle Europe à exercer la présidence, et à ce titre, elle entend mener à bien des actions dans les Balkans. En symbole de cette coopération, les trois pays ont choisi un logo commun pour leurs présidences. Le logo symbolise cette nouvelle façon de travailler en équipe ce qui donnera plus de cohérence à l’action de l’Union. Il reprend le sigle « EU » dans les couleurs du drapeau du pays qui préside l’Union. Organisées en trio pour une période de 18 mois, l’Espagne (janvier à juin 2010), la Belgique (juillet à décembre 2010) et la Hongrie (janvier à juin 2011) ont travaillé ensemble pour assurer la continuité et le bon fonctionnement des nouvelles règles institutionnelles. Un programme commun a ainsi été établi entre les trois pays de la troïka. Néanmoins, la Hongrie entend pousser à l’agenda des thèmes qui lui sont chers, et en premier lieu l’intégration dans sa région, les Balkans. Ainsi son dossier phare est celui de l’élargissement, aussi bien de l’Union européenne que de l’espace Schengen. Elle souhaite aussi promouvoir un partenariat oriental avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie, l’Ukraine et, sous conditions, la Biélorussie. La Hongrie c’est ou ? Sources et infos A propos de la Présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne : www.touteleurope.eu Présidence Hongroise du Conseil de l’Union Européenne : www.eu2011.hu Photos :...

Read More

Manneken-pis et les Mannekenautes

Manneken-Pis Brussels Ceremony Mais que fait la police ? Merci à Eli pour la photo. Janine, habilleuse officielle de Manneken-Pis. La police surveille Manneken-Pis… La pianiste Eliane Reyes, le compositeur Nicolas Bacri, Romain et Laure-Eline, eux aussi Amis de Manneken-Pis, croisés le jour de la fête nationale belge… Les amis Congolais Un Ami japonais de Manneken-Pis Fans de Manneken-Pis Amis du Hip Hop Deux Amis de Saint-Luc Amie de Manneken-Pis Manneken-Pis aime la Saint-Patrick Amis de Manneken-Pis Amis de Masuis et Cotelis Les amis de la marine Les amis Francs-Archers de Braine-le-Château Les amis du Brésil Les amis du Cyclo Woluwe de Saint-Lambert Manneken-Pis par Gaitan Un Ami de Manneken-Pis – ordre-manneken-pis.wikeo.be Manneken-Pis et la guerre de corée Manneken-Pis, les enfants et la Noël Manneken-Pis et le futur d’Erasmus Manneken-pis et la jolie nicaraguenne Manneken-Pis a soif aussi… Et quelques autres de mes amis… Il faut bien que l’on s’occupe de moi… Il faut bien que je sois...

Read More
Manneken-Pis et l’Ordre Académique de Saint-Michel
Mar06

Manneken-Pis et l’Ordre Académique de Saint-Michel

A propos de l’Ordre Académique de Saint-Michel L’Ordre académique de Saint-Michel (Academicus Sancti Michaëlis Ordo, en abrégé ASMO), société royale, est une société estudiantine belge portant couleurs, fondée à Bruxelles en 1937. Bien que cette association tienne presque toutes ses réunions à Bruxelles, elle compte parmi ses membres principalement des étudiants de l’Université catholique de Louvain (UCL). L’Ordre académique de Saint-Michel fut fondé à Bruxelles le 6 mars 1937 par Emmanuel Noël et Paul Danhier. Les valeurs fondatrices de l’Ordre étaient le rejet du dilettantisme et du débraillement, ainsi que le maintien, voire la restauration, des anciennes traditions estudiantines. A cette fin, les fondateurs ont cherché leur inspiration dans les us et coutumes des sociétés portant couleurs florissant en Allemagne, en Suisse et en Autriche, voire aux Pays-Bas. Même s’il n’y est fait aucune allusion dans les textes fondateurs de l’Ordre, la lecture attentive des statuts montre également une influence des pratiques des associations estudiantines flamandes. Sources et infos : A propos de l’Ordre Académique de Saint-Michel : fr.wikipedia.org/Ordre-Académique-Saint-Michel Site de l’ASMO : www.asmo.be Photos : Grégory...

Read More
Manneken-Pis en costume de Diablada
Mar05

Manneken-Pis en costume de Diablada

La Diablada c’est quoi ? La Diablada est une danse traditionnelle des hauts plateaux des Andes en Bolivie représentant l’affrontement entre les forces infernales et celles des anges et créée dans un but d’évangélisation. A propos d’Oruro et de son carnaval La ville d’Oruro en Bolivie est entièrement dédiée à son célèbre carnaval, récemment classé Patrimoine Mondial de l’Humanité . La petite ville, ancienne cité minière, est en effet le théâtre, une fois par an, du plus traditionnel et renommé des carnavals de Bolivie. On vient du monde entier pour y voir les milliers de danseurs arpenter les rues de la petite ville au sons des fanfares. L’ambiance y est unique, extraordinaire, et la ferveur des spectateurs égale celle des danseurs pour qui c’est toujours un honneur de danser à Oruro. L’origine du carnaval est un exemple parfait du syncrétisme entre tradition andine préhispanique et religion catholique. Si la vision de l’entrée du carnaval d’Oruro est un spectacle fascinant et spectaculaire, elle ne prend néanmoins tout son sens qu’à travers les valeurs religieuses, ancestrales et mythologiques, ainsi que dans l’ensemble des différents rites qui accompagnent la pointe visible de l’iceberg, l’Entrée, le fameux défilé des fraternités de danseurs le samedi de carnaval… Manneken-Pis Diablada La Bolivie c’est ou ? Sources La Diablada c’est quoi ? fr.wikipedia.org/wiki/Diablada A propos d’Oruro et de son carnaval : www.vincetmanu.com/voyages_bolivie Plan : maps.google.be Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Is5XO1QbZaw Photos :...

Read More
Manneken-Pis aux couleurs de la Faculté polytechnique de Mons
Mar02

Manneken-Pis aux couleurs de la Faculté polytechnique de Mons

A propos de la Faculté polytechnique de Mons L’I.F.M.M.S. (International Federation of Mining, Metallurgy, Petroleum and Geology Students) regroupe des écoles d’Europe et même de plus loin : Aachen, Allemagne – Bochum, Allemagne – Clausthal, Allemagne – Delft, Pays-Bas – Falmouth (CSM), Royaume-Uni – Helsinki, Finlande – Kosice, Slovaquie – Krakow, Pologne – Leoben, Autriche – Ljubljana, Slovénie – London (RSM), Royaume-Uni – Madrid, Espagne – Miskolc, Hongrie – Mons, Belgique – Oviedo, Espagne – Quebec, Canada – Stockholm, Suède – Tallinn, Estonie – Trondheim, Norvège – Zagreb, Croatie. Le but de cette fédération est l’échange. Chaque pays membre organise une I.S.W. (International Student week) une fois par an ou tous les deux ans. Les représentants des autres pays sont invités à participer à ces semaines internationales pour découvrir la culture, le folklore, le système éducatif, la vie sociale et les industries de la ville et du pays qui les accueille. Chaque année un congrès est organisé pour discuter des décisions à prendre pour la Fédération. Ce Congrès rassemble les délégués de chaque pays. En Belgique, le D.R.E est la personne qui représente notre pays à l’I.F.M.M.S.. Le premier rôle du D.R.E. est donc d’organiser l’I.S.W. à Mons. Les activités qui font généralement partie de la semaine internationale des Monsters sont les suivantes : – Les visites d’industries belges, entre autres Holcim, Caterpillar, InBev, Cimescaut, Carmeuse, CBR, l’ascenseur de Strépy-Thieu et La Malogne ; – La visite de Bruxelles, avec le traditionnel passage de la toge et de la penne Polytech à Manneken Pis – La découverte de l’esprit festif belge à travers diverses soirées : la Soirée Mousse, la Belgian Beer Party (dégustation de bières belges) et le Crasino (soirée-casino style années 20). Ajoutons que la Fédérale des étudiants de la F.P.M.s est membre de l’I.F.M.M.S. depuis 1969 et que sa semaine internationale fait partie des grands évènements de l’année académique de la faculté! Le D.R.E. doit également envoyer des délégations d’étudiants dans les autres pays. Les étudiants désireux de participer à une semaine internationale peuvent dès lors poser leur candidature, par groupes de deux personnes en général, vers l’une des destinations proposées. Il n’y a aucune restriction ni aucun critère de sélection ! N’hésitez pas à vous proposer. Point de vue financier, la Fédération des étudiants participe pour deux tiers du prix du trajet, tous les frais sur place sont habituellement pris en charge par le pays qui reçoit. Sources : A propos de la Faculté polytechnique de Mons : fede.fpms.ac.be Photos :...

Read More
Manneken-Pis en D’Artagnan
Fév27

Manneken-Pis en D’Artagnan

A propos des gascons de Belgique Alors que d’Artagnan veille jalousement sur sa bonne ville d’Auch, loin de là, dans les brumes de Belgique, une poignée de Gascons continue à honorer ses vertus. L’Association des Gascons de Belgique permet aux Gascons et originaires du Sud-Ouest vivant en Belgique ainsi qu’aux amis de la Gascogne, de se rencontrer et de promouvoir le rayonnement économique, culturel et touristique de la région (Gascogne, Aquitaine et Midi-Pyrénées). Cette association propose à ses nombreux membres des activités très variées (balades, soirées, dîners, visites, dégustations……). Composée uniquement de bénévoles, elle a fait sienne la célèbre maxime de Montaigne : « Et que le Gascon y arrive, si le Français n’y peut aller. » A propos de d’Artagnan D’Artagnan, de son vrai nom Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan, est un homme de guerre français né entre 1611 et 1615 au château de Castelmore, près de Lupiac, en Gascogne (dans le département actuel du Gers) et mort au siège de Maastricht le 25 juin 1673. Il est le septième et dernier enfant d’une modeste famille d’origine roturière qui prétend depuis un demi siècle à la gentilhommerie. Lorsque le jeune Charles de Batz quitte Castelmore pour Paris vers 1630, il décide, comme ses trois autres frères qui s’engagent dans le métier des armes, d’emprunter le nom de sa mère, Françoise de Montesquiou d’Artagnan. En effet, la famille de Montesquiou est mieux introduite à la Cour que la famille de son père Bertrand de Batz (propriétaire d’une petite gentilhommière à Castelmore), à laquelle Artagnan, une seigneurerie de Bigorre, appartient. Il s’engage chez les Cadets des Gardes-Françaises, l’École Militaire d’alors. M. de Tréville, capitaine de la Compagnie des Mousquetaires du Roi, l’affecte à la Compagnie des Essarts des Gardes Françaises à Fontainebleau. Il participe de 1640 à 1642 aux opérations militaires d’Arras, de Bapaume, de Collioure ou de Perpignan. Son entrée chez les mousquetaires du Roi (où exerce déjà son frère aîné Paul), avec la protection de Mazarin, daterait de 1644, en même temps que celle de son ami François de Montlezun, seigneur de Besmaux près d’Auch et futur gouverneur de la Bastille. Sources A propos des gascons de Belgique : www.gasconsdebelgique.be A propos de d’Artagnan : fr.wikipedia.org Photos : Krek from...

Read More
Manneken-Pis et la République Dominicaine
Fév26

Manneken-Pis et la République Dominicaine

A propos de la République Dominicaine La République Dominicaine, en espagnol República Dominicana, est un pays des Grandes Antilles. Elle occupe environ les deux tiers de l’île d’Hispaniola, en mer des Caraïbes, Haïti occupant le tiers ouest de l’île. L’espagnol est la langue officielle de ce pays qui compte près de 10 millions d’habitants. Le nom de République Dominicaine a été institué par la constitution de 1844 qui commence ainsi : « Les députés des peuples de l’ancienne partie espagnole de l’île de Saint-Domingue décrètent… ». Son origine se trouve dans le nom de la capitale, Saint-Domingue (Santo Domingo en espagnol), lui-même tiré de saint Dominique de Guzmán. Manneken-Pis pour la République Dominicaine Sources : A propos de la République dominicaine : fr.wikipedia.org Photos :...

Read More
Manneken-Pis en Baden Powell
Fév22

Manneken-Pis en Baden Powell

A propos du scoutisme Tout commence par l’histoire d’un homme. Enfant, il aimait jouer dans les taillis broussailleux où il tendait des pièges à lapins. Il apprit ainsi à ramper en silence, à reconnaître sa route, à lire les traces, à faire du feu facilement camoufable, à se cacher. Cet homme est anglais,il se nomme Baden Powell. Il devient militaire, et général de l’armée coloniale anglaise. C’est en 1900, pendant la guerre du Transvaal en Afrique du Sud , lors d’un siège qu’il eut à soutenir à MAFEKING contre les Boers (Hollandais), que notre histoire fait ses premiers pas. B.P (c’est ainsi que tous les scouts l’appellent (bi-pi)) était si démuni de soldats qu’il dut envoyer sur le front tous ceux dont il pouvait disposer. Il arpenta les rues de la ville de Mafeking, et ramassa tous les jeunes garçons désoeuvrés, qui traînaient dans les rues, pour leur confier des missions d’éclaireurs, d’estafettes. Ceux-ci s’en tirèrent fort bien, et la ville fut sauvée. Il est acclamé en héros à son retour, et des jeunes garçons lui demandèrent des conseils de vie par courrier. Il prend ces demandes au sérieux, leur répond d’abord de toujours chercher à faire une bonne action par jour à son prochain, « un bon tour ». Vu l’intérêt qu’il avait éveillé chez nombre de jeunes, il tente la première expérience sérieuse du Scouting du 25 Juillet au 9 Aôut 1907 sur l’île de BROWSEA. Il y réuni des jeunes, l’aventure, et un idéal… et ça marche! Les garçon sont pourtant issus de tous les milieux sociaux… La promesse sur son honneur de faire toujours de son mieux y fut matérialisée. En 1908, Sir William Smith (fondateur des boy’s brigade) lui demande d’écrire, et BP publie les bivouacs, les chapitres bimensuels d’un livre: Eclaireur. Le livre fut publié à plus d’un demi-million d’exemplaires du vivant de BP en plus des traductions faites dans plusieurs langues.A cette occasion, BP crée les 5 buts du Scoutisme (Santé, Sens du Concret, Personnalité, Service, Sens de Dieu), les 10 articles de la loi scoute, qui sont positifs, n’engendrent aucune interdiction, ne faisant que proposer au garçon une règle de vie que ce dernier promet de mettre en pratique de son mieux, et une organisation convenable (32 garçon maximum, subdivisés en patrouilles de 8). Plus tard, ils furent classé en 3 degrés pour des raisons psychologiques: louveteaux (8- 11 ans), éclaireurs (12-17), routiers (17 et +). Un mouvement se développe sans qu’il s’y attende. Devant la masse de travail qui lui est demandée de toute part (garçons, puis filles), il démissionne de l’armée en 1910. Le roi d’angleterre prend le mouvement naissant sous...

Read More
Manneken-Pis et ses amis (Ordre des Amis de Manneken-Pis)
Fév19

Manneken-Pis et ses amis (Ordre des Amis de Manneken-Pis)

C’est en octobre 1954 que quelques amis ont décidé de défendre et promouvoir le folklore bruxellois au travers de Manneken-Pis. Ils avaient compris toute l’importance symbolique que représentait cette prestigieuse statuette. En 1955, Monsieur Léon Schaelken, journaliste et conseiller communal à Bruxelles devint président de l’association des Amis de...

Read More
Manneken Pis et les Francs-Archers de Braine-le-Château
Jan22

Manneken Pis et les Francs-Archers de Braine-le-Château

Qu’est ce qu’un Franc-Archer ? C’est pendant la Guerre de 100 Ans, en 1411, que le roi de France Charles VI établit des Confréries d’Archers pour la garde des principales villes. En 1445, le roi de France mit sur pied la première armée nationale (et non plus féodale). Par la Grande Ordonnance, il créa des « Compagnies d’Ordonnance », cantonnées dans des villes différentes et composées de 600 cavaliers (dont des archers à cheval) avec coutilliers, pages, archers et valets de guerre. Il s’assurait ainsi une armée permanente de 10.000 hommes. Les Batailles de Crécy et Azincourt prouvèrent la supériorité des archers anglais sur les Français. Afin de compléter cette armée par des « levées partielles », Charles VII promulgua le 28 avril 1448 la Petite Ordonnance. Ces milices de « petite paye » était formée de gens à pied, pour assurer la garnison des places et une sorte d’armée de réserve (3-4000 hommes au total). Chaque village devait fournir un homme robuste et en bonne santé par groupe de 50 maisons. Les Archers étaient d’abord sélectionnés par les officiers royaux (Prévôts) puis directement par les villageois qui devaient lui fournir un équipement complet. Source Qu’est ce qu’un Franc-Archer ?...

Read More
Manneken-Pis en toge d’avocat
Jan21

Manneken-Pis en toge d’avocat

Manneken-pis rend hommage au Barreau de Bruxelles, qui fête son bicentenaire*. A cette occasion, il a revêtu un costume qui lui a été offert le 31 mai 1937 par la Conférence du jeune barreau. Aujourd’hui en Belgique, « la toge que portent les avocats est de tissu de laine noire, fermée devant, à manches larges et à rabat blanc plissé. Elle est revêtue de l’épitoge, pièce de tissu de laine noire, froncée en son milieu, garnie aux extrémités d’un rang de fourrure blanche, qui se place sur l’épaule gauche et pend sur la poitrine et sur le dos. » (arrêté royal du 30 septembre 1968) *Le 13 juin 1811, la Cour impériale de Bruxelles arrête le premier tableau de l’Ordre des avocats de Bruxelles : 174 avocats y étaient inscrits. A la même date, eut lieu la première assemblée générale des avocats qui procéda à la nomination des candidats pour former le conseil de discipline. (Source www.barreaudebruxelles.be) Un avocat pour quoi faire ? L’avocat vous conseille et vous éclaire sur les conséquences juridiques de vos choix privés et professionnels. Il vous indique la voie à suivre en vous permettant de prévenir les causes possibles de litiges. Il vous assiste dans la négociation et la rédaction de vos contrats privés ou commerciaux. Le rôle de l’avocat est aussi de vous protéger, de vous défendre et de vous représenter en toutes circonstances devant les cours et tribunaux pour y faire valoir vos droits. L’avocat peut vous aider à résoudre un litige à l’amiable, en utilisant son expérience en matière de gestion des conflits pour vous éviter les coûts, la durée et les tensions engendrés par un procès. L’avocat peut aussi vous assister dans une médiation qui est une méthode rapide de résolution des conflits favorisant l’écoute et l’intervention des parties. (Source www.barreaudebruxelles.be) Plus d’infos :...

Read More
Manneken-Pis en chef de la fanfare du Meyboom
Jan08

Manneken-Pis en chef de la fanfare du Meyboom

Après avoir campé le milieu, esquissé la mentalité des acteurs, nous pouvons essayer de retracer l’évolution relativement récente de cette fête, la plus authentiquement populaire du vieux Bruxelles et, pendant qu’il en est temps encore, étudier le processus de son adaptation à un nouvel état de choses qui pourrait, sinon provoquer son abandon, du moins le transformer radicalement. Nous ne savons rien de positif sur son origine. Une gilde de Saint-Laurent avait, au Marais aux Cygnes – c’est-à-dire à peu près à l’emplacement de l’actuelle rue Saint-Laurent – un oratoire placé sous l’invocation de son patron. Le duc Jean III réunit cette gilde au grand serment des arbalétriers. Une charte de Wenceslas et de Jeanne approuve cette disposition en 1381. Les données dont nous disposons quant à l’histoire ancienne de la coutume sont rares et fragmentaires. Elles prouvent seulement qu’elle était en usage dès la fin du XVIème siècle. En 1597, en 1635, en 1648, la Chambre des Comptes autorise les habitants du quartier du Marais à prendre l’arbre de mai dans la forêt de Soignes. EN 1653, un accident se produit lors de son érection : il tombe sur des bateliers qui le dressaient et en écrase trois. L’usage doit être bien respecté au début du XVIIIème siècle puisqu’un bourgeois de Bruxelles considère comme digne d’être noté dans son Livre de Raison le fait que le Meiboom n’a pas été planté en 1725. Enfin, suivant un témoignage de l’époque, la coutume aurait été bien près d’être abandonnée peu après 1830, en raison des conditions économiques, si quelques vieilles femmes ne s’étaient émues de cet abandon. Leur intervention, écrit Wauters, était provoquée par l’importance que le peuple attachait à la plantation du mai, privilège accordé aux Bruxellois et dont ils perdraient le bénéfice au profit des Louvanistes si la cérémonie n’avait pas lieu au jour dit et avant l’heure fixée. On trouve là, pour la première fois, mention du « privilège » et d’une sanction s’il n’est pas exercé. Mais l’ignorance ou l’oubli de l’origine d’une coutume n’ont aucune influence sur son maintien. Ce n’est jamais, en effet, sa justification historique qui conditionne les attitudes mentales de ceux qui la pratiquent, mais l’idée qu’ils se font de cette origine, idée que traduisent les explications légendaires forgées à leur mesure et continuellement adaptées aux individus et aux époques. La plantation du Meyboom la veille de la Saint-Laurent n’a, en soi, rien d’étonnant. Un mai ne se plaçait pas uniquement le 1er jour du joli mois, mais était, aussi, à toute époque de l’année – devant la demeure des notables, devant des églises ou des chapelles, à l’occasion de la fête...

Read More
Manneken-Pis en Hussard hongrois
Jan03

Manneken-Pis en Hussard hongrois

Les hussards constituaient une unité de cavalerie légère. Le terme vient du hongrois « Huszár » qui signifie « vingtième » car une recrue sur vingt de l’armée hongroise était affectée à la cavalerie. À l’origine corps de cavalerie légère créé en 1458 par Mathias Corvin pour combattre les Turcs, les hussards tirent leur nom du mot hongrois húsz (prononcer « houss ») qui signifie « vingt ». En effet, dans le royaume de Hongrie, dès le Moyen Âge, chaque village devait fournir au souverain des cavaliers montés équipés et armés au nombre de un pour vingt hommes valides.[1] D’où le nom de « houzard » devenu par la suite « hussard ». Les premiers hussards furent levés par Matthias Ier de Hongrie en 1485 lors de sa guerre contre les Ottomans où ils affrontèrent avec succès les spahis turcs. Le modèle fut copié dans d’autres armées en premier lieu par les Polonais. Les Autrichiens faisaient appel aux hussards hongrois. Des hussards polonais affrontèrent l’armée de Gustave-Adolphe de Suède. Frédéric II de Prusse utilisa grandement les hussards lors de la guerre de Succession d’Autriche et les Britanniques employèrent des hussards venant de Hesse lors de la guerre d’indépendance américaine. Les hussards de Pologne-Lituanie dans la république des Deux Nations furent structurés en cavalerie lourde. Dans l’armée française, les hussards apparaissent en 1637, mais ils ne forment une arme distincte dans la cavalerie qu’en 1776. Les 6 régiments de hussards de 1789 deviennent 14 sous la Révolution et sont réduits à 10 en 1803. Deux régiments supplémentaires sont créés en 1810 avec les hussards hollandais et le doublement du 9e en Espagne. Servant d’éclaireurs, chargés de harceler l’adversaire, les hussards firent toujours preuve d’un courage exceptionnel et écrivirent les plus étonnantes pages de l’histoire militaire, capturant en 1795 la flotte hollandaise prise dans les glaces au Texel, faisant capituler la forteresse de Stettin, participant à toutes les grandes charges… Lire la suite sur...

Read More
Photos fun de Manneken-Pis
Déc26

Photos fun de Manneken-Pis

...

Read More
Manneken-Pis en Père Noël
Déc21

Manneken-Pis en Père Noël

A propos du Père Noël Le Père Noël est un personnage légendaire et mythique lié à la fête de Noël. Bien que la tradition du Père Noël ait des origines en Europe du Nord, il est popularisé aux États-Unis au xixe siècle. Le terme « Père Noël » apparaît plus tardivement en France, au début du xxe siècle. Qu’il soit appelé Father Christmas ou Santa Claus en anglais, Weihnachtsmann en allemand, ou Père Noël, sa fonction principale est de distribuer des cadeaux aux enfants dans les maisons pendant la nuit de Noël qui a lieu chaque année du 24 au 25 décembre. Le Père Noël est l’équivalent français du Santa Claus américain dont le nom est lui-même déformation du Sinter Klaas (Saint Nicolas) néerlandais. Il est aussi largement inspiré de Julenisse, un lutin nordique qui apporte des cadeaux, à la fête du milieu de l’hiver, la Midtvintersblot, ainsi que du dieu celte Gargan, (qui inspira le Gargantua de Rabelais) et du dieu viking Odin, qui descendait sur terre pour offrir des cadeaux aux enfants scandinaves. De Julenisse, le Père Noël a gardé la barbe blanche, le bonnet et les vêtements en fourrure rouge. Même si le mythe peut varier fortement d’une région à l’autre, notamment à cause du climat du 25 décembre qui peut aller du début de l’hiver dans l’hémisphère nord au début de l’été dans l’hémisphère sud, on l’imagine généralement comme un gros bonhomme avec une longue barbe blanche, habillé de vêtements chauds de couleur rouge avec un liseré de fourrure blanche ; des lutins l’aident à préparer les cadeaux. Il effectue la distribution à bord d’un traîneau volant tiré par des rennes… Père Noël = Le ketje de Bruxelles en Père...

Read More