Manneken-Pis et le Patrimoine Universel

Le Carnaval de Binche, universellement connu, vient de recevoir le titre de Patrimoine Universel. Voilà certainement quelque chose qui permettra à cette manifestation de pouvoir se perpétuer. Tant il est vrai qu’une pareille manifestation folklorique demande des appuis financiers colossaux. Les Flamands ne sont pas restés insensibles à cette démarche, et ont de suite demandé d’obtenir le même statut pour la procession du Divin Sauveur à Hakendover. Ce à quoi les Wallons ont entamé une démarche pour le carnaval des Blancs Moussis de Stavelot, laquelle demande fut aussitôt suivie par une demande similaire pour la fête des Chats à Ypres. Le Ministre de la Culture se doutait bien qu’en continuant ainsi, il y aurait de moins en moins de chance d’obtenir le titre de Patrimoine Universel dans l’avenir. Il m’en toucha un mot lors d’un défilé de mode. Entre nous soit dit, les modèles étaient fort jolies, et surtout la petite Ansje. Nous convînmes de nous rencontrer aux Marolles, rue du pont de la carpe, autour d’un stoemp avec saucisse. – Manneken, que faut-il donc faire pour éviter cette escalade de demandes d’accès au Patrimoine Universel. – Mais Jan, il est clair qu’à chaque demande de notre part, la réaction est directe et j’y vois une demande systématique qui ressemble en quelque sorte à une compensation flamande. – Et alors. – Alors, tu devrais demander de classer une rivière wallonne. Je pense à la Semois par exemple. Je crois que là tu n’auras pas d’équivalent en Flandre. A peine cette demande eut-elle été introduite, qu’une demande similaire des dunes de Nieuport fut introduite à son tour. Jan était plus que découragé, et cette fois on se rencontra rue de la plume pour une bonne Grimbergen avec une portion de fromage. – Jan, on ne va pas se laisser faire. On va faire un grand coup, histoire de montrer de quel bois on se chauffe. Le lendemain, une demande en due et bonne forme fut envoyée. Elle concernait le classement d’un territoire de 16 844 km² comprenant trente villes d’arts, douze réserves naturelles, un circuit de course F1, vingt manifestations folkloriques, trois grottes, cent vingt châteaux, deux vestiges napoléoniens, trois cents hectares de culture de tabac, cent et quinze musées, cent cinquante-quatre lacs, quatre cents terrils, deux mille deux cents cervidés, sept cents sangliers, deux aéroports, vingt-trois sorcières, une centaine de géants… Comme il fallait le prévoir, il y eut immédiatement une demande de classement pour un territoire de 13 512 km² avec une liste similaire d’éléments constitutifs. – C’est fini, Manneken. On a été battu. – C’est très bien ainsi, c’est exactement ce à quoi je m’attendais, Jan. Et...

Read More
Manneken-Pis aux couleurs du Cercle informatique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB)
Avr23

Manneken-Pis aux couleurs du Cercle informatique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB)

A propos du Cercle informatique de l’Université Libre de Bruxelles Le Cercle Informatique a pour but d’aider les étudiants d’informatique – aussi bien les nouveaux que les anciens – à réussir leurs études, mais aussi à faciliter leur intégration dans la vie universitaire en essayant que celle-ci leur soit enrichissante et inoubliable. Sources A propos du Cercle informatique de l’Université Libre de Bruxelles : www.cerkinfo.be Photos :...

Read More

Manneken-Pis place son argent

Ce matin je n’ai pas trouvé de facture dans ma boîte aux lettres. J’ai d’abord éliminé, sans les ouvrir, tous les plis à caractère publicitaire. J’ai regardé avec attention les demandes d’aide aux organismes humanitaires, en essayant de leur donner une suite favorable. Il me restait alors une carte postale de mon frère de Grammont, et une offre promotionnelle émanant d’un fournisseur. – Super ! Si je prends un abonnement chez eux, je gagne 30 %. Ils disent que c’est une affaire temporaire et qu’il faut agir vite. Allons-y ! Et je me dis qu’il ne faut pas rater cette occasion. J’ai enfin trouvé un filon pour planquer mon argent, et il me rapporte du 30 %. Pas besoin de courir au Liechtenstein. C’est tout à fait légal. J’en ai parlé à mon plombier. Il est venu suite à la fuite de mon WC qui n’arrête pas de couler. J’ai beau chipoter et tripoter à l’ustensile : l’eau continue de circuler à grand débit dans le pot. Et malgré mes talents avérés de bricoleur, j’ai du faire appel à cet excellent homme de métier. – Voyez-vous, Manneken, votre installation date d’au moins trois quarts de siècles, et c’est normal que vous commenciez à avoir des problèmes. – Mais Monsieur, c’est que même quand je ferme la vanne principale, l’eau continue à couler. J’en conclus que ce n’est pas le WC qui est en cause. – Vous voulez rire ! C’est tout à fait normal. Tenez, voici un nouveau modèle, avec chasse à double débit, faible ou fort débit. Votre consommation sera des plus modestes. Sans compter que la planche du WC commence déjà à se fendiller. Ca ne vous pose pas de problèmes quand vous vous asseyez ? – Euh… Et le prix ? – Eh bien, pour moins de 400 €, placement compris. Un rapide calcul mental, et j’arrive à la conclusion que si je ne fais rien, je devrai payer 390 € d’eau année après année. Par contre, en le remplaçant, je paye une seule fois ce prix, et j’en suis quitte, c’est-à-dire qu’après je gagne chaque année environ 400 €. – C’est d’accord. Quand viendrez-vous le placer ? L’idée me parait tellement bonne, que je téléphone à mon chauffagiste pour lui demander si ma chaudière est encore bonne. Il est venu voir, et il m’a confirmé que je perdais de l’argent tous les jours avec cette installation. Et dans la foulée, je fais venir mon fournisseur de mazout, et il m’annonce ce que je craignais déjà : ma citerne de 2000 litres, enfouie dans le jardin, a une fuite et il me propose d’en placer un...

Read More