Manneken-Pis en Dracula
Avr09

Manneken-Pis en Dracula

Manneken-Pis en Dracula à l’occasion de la Zombie Parade (Brussels International Fantastic Film Festival) Dracula c’est qui ? Vlad Tepes (L’empaleur) appartenait à la dynastie régnante de Valachie, les Basarab, qui tiraient leur origine du fondateur de l’Etat, Basarab Ier (vers 1316-1352). Le pays, que les sources nationales désignent toujours sous le nom de « Tara Româneascà » (le pays roumain ou pays des Roumains) était délimité par les Carpates méridionales, le Bas-Danube et la mer Noire. Son premier centre politique « Curtea de Arges » se trouvait dans la région des collines subcarpatiques d’où le nom de Muntenia (le pays de la montagne) que lui donnent les sources étrangères principalement polonaises, russes et moldaves. Mais encore… Dracula est un roman de l’écrivain irlandais Bram Stoker publié en 1897. Il raconte l’histoire d’un vampire, c’est-à-dire un être immortel qui se repaît du sang des vivants, dont le nom s’inspire du surnom d’un personnage historique, Vlad Ţepeş (Vlad III l’Empaleur), prince de Valachie au XVe siècle. Le thème du vampire apparaît dès 1819 en Angleterre, en pleine mode du roman gothique, et sera exploité par de nombreux auteurs au cours du siècle, comme Charles Nodier et Théophile Gautier en France. L’apport décisif de Bram Stoker à l’extrême fin du XIXe siècle est d’avoir fait du comte, au-delà de la créature aux pouvoirs surnaturels, un être humain damné, un mort-vivant, qui suscite la pitié en même temps que l’épouvante[réf. nécessaire]. Cette complexité du personnage de Dracula renouvelée par des thèmes modernes chers à la psychanalyse comme l’association d’Éros et de Thanatos – du désir sexuel et de la mort – ou le questionnement des limites (entre la bête et l’homme, entre la vie et la mort ou entre le Bien et le Mal…) en feront un mythe moderne que le cinéma contribuera à amplifier. A propos du « Brussels International Fantastic Film Festival » Depuis son apparition, le cinéma fantastique n’a cessé de puiser son inspiration dans les mythes et croyances populaires. De La Féline de Tourneur au Minority Report de Spielberg en passant par Soleil Vert de Fleischer, la grande majorité des films de genre avait un point commun : l’extraordinaire surgissait inéluctablement de l’extérieur. L’élément perturbateur pouvait revêtir plusieurs formes : extra-terrestres, zombies, virus, monstres, insectes… Le bestiaire tout entier de l’humanité a ainsi été passé à la moulinette du fantastique ! Sources et infos Brussels International Fantastic Film Festival Dracula c’est qui ? comtedracula.free.fr Mais encore… : fr.wikipedia.org/wiki/Dracula A propos du « Brussels International Fantastic Film Festival » : www.festivalfantastique.org/festival/fr Photos :...

Read More

Manneken-Pis et les 20 ans du BEL20

Tous les anniversaires s’accompagnent toujours d’un bon dîner. Mais alors, quel diner ! Et quel monde ! On m’a installé à côté de Jérôme K, celui qui avait arnaqué la Société Générale de quelques cinq milliards d’euros. Le Président de la Bourse de Bruxelles avait fait un discours très applaudi. Il nous annonçait que, pour fêter les 20 ans de cette institution, il avait fait admettre à la Bourse, à l’instar des métaux tels que le cuivre ou l’aluminium, des matières organiques comme les choux de Bruxelles et les petits pois. Je glissai un mot à mon voisin : – Personnellement je ne pense pas que ce soit réalisable, – Et pourquoi pas ? – Parce qu’on achète des valeurs dans l’attente qu’elles augmentent de valeur. Mais on ne peut pas faire cette longue opération sur un légume frais, tout de même. – Mais si, bien sûr qu’on peut spéculer sur des choux de Bruxelles. – Vous pensez ? – Mais Manneken, ces légumes frais, rien ne nous empêche de les mettre en conserves. Ils ne se dégradent pas. Il me semble que c’est même doublement intéressant. L’emballage est constitué de fer blanc qui, lui aussi, est coté en bourse. A longue échéance, toutes les valeurs ont tendance à augmenter. Et dans ce cas-ci, l’investiteur y gagnerait deux fois. Le lendemain, je passai chez mon épicier et lui achetai 100 grammes de petits pois et 150 grammes de choux de Bruxelles. Je mis le tout dans une boîte à conserve et je complétais avec de l’eau. Je coulai de la paraffine et je l’obturai au moyen d’un film plastique et d’un élastique. A la banque, je demandai combien coûtait une assurance vol pour cet article, mais je fus rassuré quand on me certifia que les objets entreposés dans un coffre étaient couverts d’office, sauf s’il s’agit d’objets de grandes valeur. – Voilà qui est fait. Il suffit d’attendre et de voir ce qu’il se passe. La prudence est la mère de la porcelaine, non ? J’étais satisfait d’avoir pris toutes les précautions qui s’imposent. Rentré chez moi, un e-mail m’attendait. Jérôme K voulait me voir. On se fixa rendez-vous dans un restaurant végétarien près de chez moi, et c’est là qu’il me fit une proposition alléchante. -Manneken, j’achète dix tonnes de petits pois et vingt tonnes de choux de Bruxelles. Je te charge de les conditionner dans des boîtes à conserves, et de les transporter dans ma cave. Et tu recevras une commission. – Mais quoi, Jérôme, tu oses te lancer à grande échelle sur une telle opération ? As-tu bien mesuré les risques ? – C’est que cette...

Read More