Manneken-Pis et la journée mondiale de la femme

Manneken et la journée de la femme

Vive la Journée de la Femme !

Je n’ai jamais ressenti autant de plaisir et de joie qu’en cette occasion. Pas le moindre bruit, aucun vrombissement de mobylette.
Même pas un avion qui décolle de la piste 25R. Le silence parfait. C’est cool !

C’est que la ville est déserte. Pas l’ombre d’un chat. Rien ne bouge. Quel délicieux rêve !
Comment est-ce possible ?

La petite Sœur Eve, qui était auprès de moi à la Saint Valentin, doit arriver avec le train de 11h23. J’ai le temps d’aller à la gare à pied. Mais que la ville me semble vide aujourd’hui.
Arrivé à la gare, il n’y a personne nulle part. Les écrans sont éteints. Les guichets sont fermés. Pas un seul mouvement sur les quais. Aucun train en vue. Et je suis là tout seul à attendre. C’est bizarre au possible. C’est un peu comme une grève générale réussie. C’est super !

J’ai bien l’impression que Sœur Eve ne viendra pas.
Mais alors, ce dîner en tête à tête à l’occasion de la Journée de la Femme, ça tombe à l’eau. Et justement j’ai un sérieux petit creux. Donc je vais manger tout seul. Près de chez moi, à la Grand Place, je trouverai bien de quoi me satisfaire. Mais là, c’est le comble, le restaurant est bel et bien fermé. Ainsi que l’autre, à côté.
Ainsi que la taverne, la brasserie et le relais. Ils sont tous fermés. Et même le café « Le Cercueil », à la rue des Harengs. Que faire, sinon rentrer chez soi

J’entends le bruit d’une sirène. Une ambulance. Elle s’arrête au signal, non loin de moi.
– Où allez-vous comme ça ?
– A la maternité. Un cas urgent.
Et elle repart au vert..

L’école est fermée aussi. Pas d’avis sur la porte.

A peine arrivé, j’ouvre une boîte de saucisses de Francfort et j’allume la TV.
Elle ne donne pas signe de vie, à part des bêtises. Ah, tout de même quelque chose de sérieux : la météo, avec les cartes des fronts.
C’est bientôt l’heure du JT, et je vais enfin être informé de la situation. Mais j’attends et il ne se passe rien d’autre qu’un flash publicitaire que j’ai déjà vu une bonne centaine de fois, sur les couvertures électriques qui vous font dormir sans couverture.
Et ensuite, l’heure des enfants avec quelques dessins animés.

Et puis tout à coup il y a un texte :
« En cette Journée Mondiale de la Femme, la consigne a été bien suivie. Les femmes sont parties. Les hommes sont restés à la maison pour faire la vaisselle, nettoyer la maison, et s’occuper des enfants. Le taux de participation a très largement dépassé les 99,9999 %. Bon courage, les hommes, et à demain au boulot ».

Bon, j’y suis. Sacrée Journée de la Femme. Personne ne travaille et ça explique ce silence assourdissant.
Mais alors une question me vient subitement à l’esprit : où sont donc parties nos femmes ? J’espère bien qu’elles seront revenues demain…

Encore plus de Manneken-Pis ?

Author: Quentin

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *