Manneken-Pis est invité au mariage du siècle

Manneken-Pis en toge d’avocat

L’invitation m’est parvenue dans la soirée. On m’attend à l’Abbaye de Westminster, pour la célébration du mariage du Prince William et de Kate Middleton. J’ai accepté cette invitation sous réserve de pouvoir me libérer. J’ai déjà sur mon agenda la Légion Etrangère, Spirou, la Croix Rouge et les Moines tibétins.

Et puis, il y a les affaires. Mes affaires.

Vous devez savoir que je suis à la tête d’une petite société de vente d’engrais biologiques, sise au Quartier des Marolles. Mais les affaires ne marchent pas tellement bien. Rien à voir avec la crise. Les matières premières sont parfois bien difficiles à se procurer. Ainsi le crottin de cheval se fait rare, et ça pose un réel problème à l’échelle mondiale. A Bruxelles, Angela Merkel en a touché un mot à Nicolas Sarkozy, en insistant sur le triste sort des petits moineaux, qui se nourrissent essentiellement de cette denrée vitale. Et j’ai pu assister à quelque chose d’extraordinaire : Sarkozy se mettre à pleurer à chaudes larmes, en disant « Je vais m’en occuper personnellement ».

D’ailleurs le cours du crottin à la Bourse de Bruxelles ne fait que monter. Un de mes amis, qui est trader, m’a conseillé d’en acheter à titre personnel, car c’est une valeur refuge indiscutable. Il m’a dit que son cours atteindrait et dépasserait même le cours du baril du pétrole brut, et qu’il en a placé dans un coffre à sa banque.

Bon, en ce qui concerne ma société, les principaux fournisseurs sont évidemment les manèges et les courses de chevaux. Mais que voulez-vous, au manège, les chevaux sont souvent en ballades et là, la marchandise est irrécupérable. A l’hippodrome, le marché est entre les mains des jockeys, un monde très fermé. Il y a encore les chevaux de la Gendarmerie, mais il n’y a pas moyen d’obtenir un contrat, car le Gouvernement est toujours en affaires courantes. Reste le cirque, et là je suis bien placé ; on me livre après chaque spectacle. Mais ce n’est pas suffisant.

Aussi ne faut-il pas rater cette occasion unique, le carrosse royal attelé de deux chevaux blancs qui traversera Londres.

Donc j’irai à Westminster, habillé en costume du 6e Régiment de la Scotish Royal Guard, ou quelque chose de similaire. Jupe, chaussettes haut de jambe, une veste kaki et un béret vert orné d’un motif à l’image d’un épi d’orge. Et puis, filer dare-dare à Londres, aux Ecuries du Palais, attacher des sacs spéciaux à l’arrière des  blanches montures. Et rejoindre la réception, comme si de rien n’était, et prendre un verre tout en engageant la conversation avec Lady Kate.

Mais voilà, j’ai rêvé la nuit passée que les chevaux du carrosse étaient de couleur palomino.

Faudrait savoir…

Encore plus de Manneken-Pis ?

Author: Quentin

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *