Manneken-	Pis et la Volonté du Peuple
Fév27

Manneken- Pis et la Volonté du Peuple

Ah, la belle époque, le bon vieux temps… Quand on jouait au diabolo, qu’on lançait le diabolo double cônes à près de dix mètres en l’air et que mon copain devait le rattraper sur le fil de ses deux bâtons, pour me le relancer. Je ne vous cacherai pas qu’au début je n’en menais pas large. Il fallait l’attraper. Et de préférence pas sur la tête ! Tout ça, c’est du passé. Mais du passé proche. Et ça n’a été réalisable que grâce au fameux nombre π. Oui, de ce nombre π = 3,141 592 653 589 793 238 462 643 383 279 Hé, attendez ! Je n’ai pas fini… A cette époque, mon oncle qui enseignait à l’ULB, en polytechnique, me parlait souvent de ce nombre monstrueux, qui n’avait pas de fin, et donc qu’on ne peut utiliser qu’avec une imprécision dont on voudrait volontiers se passer. Mais revenons- en au fait. La vitesse de rotation du bicône est fonction du diamètre du cône, et du nombre π. Et cette vitesse est justement ce qui détermine un bon lancement du bicône. Si sa vitesse de rotation est trop faible, le bicône ne pourra pas décoller, et tombera par terre. Ce vilain nombre est toujours quelque part où en a pas besoin de lui. Mais que voulez-vous… Ceci dit, je vais vous montrer en quoi cette métaphore peut nous éclairer sur que qu’il se passe actuellement. Le double cône, c’est le monstre, le diable, qui est la proie du mal, à cause de la présence du vilain nombre π. C’est le Pouvoir. Le joueur qui lance le double cône détient le pouvoir. Et la corde sur laquelle le bicône doit atterrir après son voyage aérien, représente la Démocratie, la Liberté, sous la forme de la voix du peule, c’est-à-dire les Elections. Le Dictateur essayera toujours de garder le bicône sur sa corde, et s’il l’envoie en l’air, c’est pour qu’il revienne sur sa corde, et puis encore sur sa corde, et toujours sur sa corde. Il est normal que son partenaire de jeu, l’Opposant au Pouvoir, qui désire accéder à une démocratie, à une liberté d’opinion, une liberté de la presse, tente de récupérer le bicône, au besoin par la force. Il ne demandera pas mieux de partager le pouvoir ou même de renoncer au pouvoir si telle est la décision du peuple souverain. A cause du fameux nombre π, le pouvoir est toujours quelque chose de difficile, sinon de périlleux. A cause de ce fameux nombre π, la démocratie est toujours quelque chose de difficile à obtenir. Et même quand on la possède, il est toujours difficile de...

Read More
Manneken-Pis en D’Artagnan
Fév27

Manneken-Pis en D’Artagnan

A propos des gascons de Belgique Alors que d’Artagnan veille jalousement sur sa bonne ville d’Auch, loin de là, dans les brumes de Belgique, une poignée de Gascons continue à honorer ses vertus. L’Association des Gascons de Belgique permet aux Gascons et originaires du Sud-Ouest vivant en Belgique ainsi qu’aux amis de la Gascogne, de se rencontrer et de promouvoir le rayonnement économique, culturel et touristique de la région (Gascogne, Aquitaine et Midi-Pyrénées). Cette association propose à ses nombreux membres des activités très variées (balades, soirées, dîners, visites, dégustations……). Composée uniquement de bénévoles, elle a fait sienne la célèbre maxime de Montaigne : « Et que le Gascon y arrive, si le Français n’y peut aller. » A propos de d’Artagnan D’Artagnan, de son vrai nom Charles de Batz-Castelmore, comte d’Artagnan, est un homme de guerre français né entre 1611 et 1615 au château de Castelmore, près de Lupiac, en Gascogne (dans le département actuel du Gers) et mort au siège de Maastricht le 25 juin 1673. Il est le septième et dernier enfant d’une modeste famille d’origine roturière qui prétend depuis un demi siècle à la gentilhommerie. Lorsque le jeune Charles de Batz quitte Castelmore pour Paris vers 1630, il décide, comme ses trois autres frères qui s’engagent dans le métier des armes, d’emprunter le nom de sa mère, Françoise de Montesquiou d’Artagnan. En effet, la famille de Montesquiou est mieux introduite à la Cour que la famille de son père Bertrand de Batz (propriétaire d’une petite gentilhommière à Castelmore), à laquelle Artagnan, une seigneurerie de Bigorre, appartient. Il s’engage chez les Cadets des Gardes-Françaises, l’École Militaire d’alors. M. de Tréville, capitaine de la Compagnie des Mousquetaires du Roi, l’affecte à la Compagnie des Essarts des Gardes Françaises à Fontainebleau. Il participe de 1640 à 1642 aux opérations militaires d’Arras, de Bapaume, de Collioure ou de Perpignan. Son entrée chez les mousquetaires du Roi (où exerce déjà son frère aîné Paul), avec la protection de Mazarin, daterait de 1644, en même temps que celle de son ami François de Montlezun, seigneur de Besmaux près d’Auch et futur gouverneur de la Bastille. Sources A propos des gascons de Belgique : www.gasconsdebelgique.be A propos de d’Artagnan : fr.wikipedia.org Photos : Krek from...

Read More
Manneken-Pis et la République Dominicaine
Fév26

Manneken-Pis et la République Dominicaine

A propos de la République Dominicaine La République Dominicaine, en espagnol República Dominicana, est un pays des Grandes Antilles. Elle occupe environ les deux tiers de l’île d’Hispaniola, en mer des Caraïbes, Haïti occupant le tiers ouest de l’île. L’espagnol est la langue officielle de ce pays qui compte près de 10 millions d’habitants. Le nom de République Dominicaine a été institué par la constitution de 1844 qui commence ainsi : « Les députés des peuples de l’ancienne partie espagnole de l’île de Saint-Domingue décrètent… ». Son origine se trouve dans le nom de la capitale, Saint-Domingue (Santo Domingo en espagnol), lui-même tiré de saint Dominique de Guzmán. Manneken-Pis pour la République Dominicaine Sources : A propos de la République dominicaine : fr.wikipedia.org Photos :...

Read More
Manneken-Pis veut vendre un terrain
Fév26

Manneken-Pis veut vendre un terrain

Je possède un terrain situé en pays flamand. C’est un beau terrain, boisé et pas bien grand. Quand je dis boisé, en fait il y a beaucoup plus d’arbres dans la partie nord que dans la partie sud. Mais je voudrais le vendre car, étant en zone verte, il ne rapporte rien. – Je vous conseille de le mettre en vente publique – Quoi, on peut faire une vente publique pour un terrain ? – Mais Monsieur, on peut tout mettre en vente publique. – Et bon peut imaginer une vente publique qui va en diminuant les offres ? – Je vois ce que vous voulez dire. Aux Pays-Bas, à Edam, les ventes de fromages au marché hebdomadaire se font en partant d’un prix excessif, et les prix diminuent. Le premier qui se manifeste obtient le lot. Mais en Belgique je ne crois pas que ça se fait. J’ai quitté mon notaire en lui disant que j’allais réfléchir et je me suis rendu au Marché aux Puces. Chez Rose-Marie j ai trouvé un plateau à fromages qui me tentait. – C’est combien ? – C’est 150 €. Un vrai Vieux Bruxelles. Regardez la marque sur son dos. – Allez donc, j’en offre 100 € – Je veux bien vous le céder à 130 €. Voyez comme il parfait. Pas un éclat, pas ébréché. Vous ne trouverez nulle part un pareil. Finalement on s’est mis d’accord pour 125 €. Le lendemain j’ai été à la gare. Je voulais visiter l’exposition « Entre le Paradis et l’Enfer », au Musée du Cinquantenaire. – Une Key Card, s’il vous plaît. – C’est 20 € – J’offre 12 € – Non, Monsieur, c’est 20 € – Pas plus que 12 € – Non Monsieur, j’ai dit 20 . – Mais Monsieur, vous plaisantez ? Et encore, je demande une première classe pour ce prix. Ces négociations n’ont pas abouti. Au plus il restait sur ses positions, au plus j’exigeais. A la fin je demandais même qu’une jolie fille s’asseye en face de moi. Franchement, c’était un dur à cuire, ce gars-là. Je suis retourné chez mon notaire. – Dites-moi, qui est gagnant, lors d’une vente publique ? Le vendeur, ou l’acheteur ? – A vrai dire, ils sont tous les deux gagnants. Le vendeur qui, s’il n’est pas satisfait, peut annuler la vente, et l’acheteur qui, à tout moment, peut se retirer de la vente. Mais ce qui compte, c’est de connaître la valeur de l’objet. Et le problème est bien là. Prenons par exemple un violon. Quelle valeur faut-il prendre ? La valeur luthier ? Le nom de son fabricant ? La...

Read More
Manneken-Pis en Baden Powell
Fév22

Manneken-Pis en Baden Powell

A propos du scoutisme Tout commence par l’histoire d’un homme. Enfant, il aimait jouer dans les taillis broussailleux où il tendait des pièges à lapins. Il apprit ainsi à ramper en silence, à reconnaître sa route, à lire les traces, à faire du feu facilement camoufable, à se cacher. Cet homme est anglais,il se nomme Baden Powell. Il devient militaire, et général de l’armée coloniale anglaise. C’est en 1900, pendant la guerre du Transvaal en Afrique du Sud , lors d’un siège qu’il eut à soutenir à MAFEKING contre les Boers (Hollandais), que notre histoire fait ses premiers pas. B.P (c’est ainsi que tous les scouts l’appellent (bi-pi)) était si démuni de soldats qu’il dut envoyer sur le front tous ceux dont il pouvait disposer. Il arpenta les rues de la ville de Mafeking, et ramassa tous les jeunes garçons désoeuvrés, qui traînaient dans les rues, pour leur confier des missions d’éclaireurs, d’estafettes. Ceux-ci s’en tirèrent fort bien, et la ville fut sauvée. Il est acclamé en héros à son retour, et des jeunes garçons lui demandèrent des conseils de vie par courrier. Il prend ces demandes au sérieux, leur répond d’abord de toujours chercher à faire une bonne action par jour à son prochain, « un bon tour ». Vu l’intérêt qu’il avait éveillé chez nombre de jeunes, il tente la première expérience sérieuse du Scouting du 25 Juillet au 9 Aôut 1907 sur l’île de BROWSEA. Il y réuni des jeunes, l’aventure, et un idéal… et ça marche! Les garçon sont pourtant issus de tous les milieux sociaux… La promesse sur son honneur de faire toujours de son mieux y fut matérialisée. En 1908, Sir William Smith (fondateur des boy’s brigade) lui demande d’écrire, et BP publie les bivouacs, les chapitres bimensuels d’un livre: Eclaireur. Le livre fut publié à plus d’un demi-million d’exemplaires du vivant de BP en plus des traductions faites dans plusieurs langues.A cette occasion, BP crée les 5 buts du Scoutisme (Santé, Sens du Concret, Personnalité, Service, Sens de Dieu), les 10 articles de la loi scoute, qui sont positifs, n’engendrent aucune interdiction, ne faisant que proposer au garçon une règle de vie que ce dernier promet de mettre en pratique de son mieux, et une organisation convenable (32 garçon maximum, subdivisés en patrouilles de 8). Plus tard, ils furent classé en 3 degrés pour des raisons psychologiques: louveteaux (8- 11 ans), éclaireurs (12-17), routiers (17 et +). Un mouvement se développe sans qu’il s’y attende. Devant la masse de travail qui lui est demandée de toute part (garçons, puis filles), il démissionne de l’armée en 1910. Le roi d’angleterre prend le mouvement naissant sous...

Read More
Manneken-Pis est invité au mariage du siècle
Fév21

Manneken-Pis est invité au mariage du siècle

L’invitation m’est parvenue dans la soirée. On m’attend à l’Abbaye de Westminster, pour la célébration du mariage du Prince William et de Kate Middleton. J’ai accepté cette invitation sous réserve de pouvoir me libérer. J’ai déjà sur mon agenda la Légion Etrangère, Spirou, la Croix Rouge et les Moines tibétins. Et puis, il y a les affaires. Mes affaires. Vous devez savoir que je suis à la tête d’une petite société de vente d’engrais biologiques, sise au Quartier des Marolles. Mais les affaires ne marchent pas tellement bien. Rien à voir avec la crise. Les matières premières sont parfois bien difficiles à se procurer. Ainsi le crottin de cheval se fait rare, et ça pose un réel problème à l’échelle mondiale. A Bruxelles, Angela Merkel en a touché un mot à Nicolas Sarkozy, en insistant sur le triste sort des petits moineaux, qui se nourrissent essentiellement de cette denrée vitale. Et j’ai pu assister à quelque chose d’extraordinaire : Sarkozy se mettre à pleurer à chaudes larmes, en disant « Je vais m’en occuper personnellement ». D’ailleurs le cours du crottin à la Bourse de Bruxelles ne fait que monter. Un de mes amis, qui est trader, m’a conseillé d’en acheter à titre personnel, car c’est une valeur refuge indiscutable. Il m’a dit que son cours atteindrait et dépasserait même le cours du baril du pétrole brut, et qu’il en a placé dans un coffre à sa banque. Bon, en ce qui concerne ma société, les principaux fournisseurs sont évidemment les manèges et les courses de chevaux. Mais que voulez-vous, au manège, les chevaux sont souvent en ballades et là, la marchandise est irrécupérable. A l’hippodrome, le marché est entre les mains des jockeys, un monde très fermé. Il y a encore les chevaux de la Gendarmerie, mais il n’y a pas moyen d’obtenir un contrat, car le Gouvernement est toujours en affaires courantes. Reste le cirque, et là je suis bien placé ; on me livre après chaque spectacle. Mais ce n’est pas suffisant. Aussi ne faut-il pas rater cette occasion unique, le carrosse royal attelé de deux chevaux blancs qui traversera Londres. Donc j’irai à Westminster, habillé en costume du 6e Régiment de la Scotish Royal Guard, ou quelque chose de similaire. Jupe, chaussettes haut de jambe, une veste kaki et un béret vert orné d’un motif à l’image d’un épi d’orge. Et puis, filer dare-dare à Londres, aux Ecuries du Palais, attacher des sacs spéciaux à l’arrière des  blanches montures. Et rejoindre la réception, comme si de rien n’était, et prendre un verre tout en engageant la conversation avec Lady Kate. Mais voilà, j’ai rêvé la...

Read More
Manneken-Pis et ses amis (Ordre des Amis de Manneken-Pis)
Fév19

Manneken-Pis et ses amis (Ordre des Amis de Manneken-Pis)

C’est en octobre 1954 que quelques amis ont décidé de défendre et promouvoir le folklore bruxellois au travers de Manneken-Pis. Ils avaient compris toute l’importance symbolique que représentait cette prestigieuse statuette. En 1955, Monsieur Léon Schaelken, journaliste et conseiller communal à Bruxelles devint président de l’association des Amis de...

Read More
Manneken-Pis et la Foire du livre de Bruxelles
Fév18

Manneken-Pis et la Foire du livre de Bruxelles

On fait parfois des rencontres vraiment bizarres. C’était dans le métro. Sur la plateforme, un homme d’un certain âge, le visage cramoisi comme un soulard, m’adresse la parole. – Vous allez aussi visiter la Foire du Livre ? – Bien sûr. J’y vais tous les ans. – Et qu’est-ce qui vous intéresse ? – Les biographies des hommes obscurs. Ceux dont on n’ose pas parler. – Par exemple ? – Des livres sur le diable, sur la puissance du mal Je voyais mon interlocuteur me regarder avec un air soupçonneux. – Vous y croyez, au diable ? Mais on était déjà arrivé, et il disparut. De mon coté, je ne perdis pas mon temps. Un de mes amis tenait un stand spécialisé sur les problèmes surnaturels. Il me montra un livre du début du siècle passé, qui parlait du pouvoir de la pensée sur la mobilité des corps cachés ; « Über die Beweglichkeit der versteckten Gegenständen ». J’étais intrigué par le titre de l’ouvrage, et décidai de le prendre, malgré qu’il fût écrit en allemand. Au moment de quitter le stand, j’ai cru apercevoir mon soulard quitter le même stand. Un peu plus loin il y avait un autre stand, spécialisé dans ce genre de littérature. Cette fois-ci mon regard fut attiré par une reliure rouge « De l’immobilité transcendante des choses et de leur mobilité apparente », édité à Amsterdam en 1815. – Vous connaissez cet auteur ? – Comment ? Son nom ne vous dit rien ? C’est un disciple de Kant. – Ah bon. Je suis curieux de connaitre son point de vue à ce sujet. Mais il me semble qu’on ait écrit beaucoup sur ce sujet. – Vous avez raison, mais je dirais plutôt que ça revient à la mode. Si ça vous intéresse, j’ai ici un excellent bouquin. Tenez : « La disparition calculée. » Il s’agit d’une enquête sur la disparition inexpliquée d’objets ayant appartenus à des célébrités. C’est un vrai suspens. – Bah ! C’est romancé. – Pas le moins du monde. Vous vous souvenez du mariage de Joséphine Charlotte ? Son frère, le Roi Baudouin, y est allé, mais n’avait pas son sabre. On a envoyé un motocycliste de la garde rechercher en vitesse le sabre en question. Mais là n’est pas le problème. Il devait être dans la chambre du souverain, au château de Laeken, mais il était introuvable. – Et alors ? – On l’a finalement trouvé, mais au Palais de Bruxelles. La lame était tachée de sang. – Bizarre. – Oui, mais encore plus bizarre, c’est que le lion de Waterloo avait été peinturluré de rouge. – Ca alors ! Je quittais le...

Read More
Manneken-Pis fête la Saint Valentin
Fév14

Manneken-Pis fête la Saint Valentin

Cette année, nous ne fêterons pas la Saint Valentin. Le gouvernement, étant en affaires courantes, ne peut pas engager des frais pour le pays dans les neuf mois qui suivront les effets de cette manifestation. – Quoi ? m’a demandé mon ami Karelke, qu’est qui empêcherait notre gouvernement de légiférer en la matière ? – Eh bien, tu vois, autoriser la célébration de la Saint Valentin signifie de prévoir des budgets supplémentaires pour primes de naissances, allocations familiales pour les nouveaux nés, et tout ça notre gouvernement ne peut pas faire voter. – Mais cette manifestation apporte beaucoup d’argent à l’Etat, sous forme de TVA, non ? Pense un peu à tous ces dîners en tête à tête. – Oui, et ce sera donc un manque à gagner pour le prochain budget – Ca va de soi. Mais alors ? – Ne t’en fais pas. On a un plan B. – Raconte. – On fait l’opération « Soutanes ». Pense à tous nos prêtres, nos curés, nos abbés, nos nonnettes, nos bonnes sœurs dans les ordres. Ils sont mariés avec l’Eglise mais ils ne participent jamais à la fête de Saint Valentin. C’est vraiment dommage. Alors on leur donne une chance. – Vraiment ? – Oui. Tout les gens qui sont non pratiquants, les laïques et tous ceux qui le veulent, invitent un prêtre ou une petite sœur pour un dîner en tête à tête dans un petit resto sympa. Et ça s’arrête là. C’est le geste qui compte. – C’est chouette, cette idée. Et tu participes ? – Oui. J’avais placé une petite annonce dans l’Osservatore Romano et c’est une petite sœur, Sœur Eve, qui sera mon invitée. J’ai réservé une table dans un resto du Brabant Flamand « In den Gouden Slang ». – Et le menu ? – Je ne sais plus. Ah oui, il avait été convenu, à l’échelle de la Belgique, de ne pas servir de coeurs de Saint Valentin comme dessert, suite à l’interdiction de montrer des signes apparents de religions. J’ai simplement demandé des pommes comme dessert. Crêpes aux pommes, façon Francis Pommier, grand chef avec une étoile au guide Michelin. Mais il y a tout de même un petit problème. – Quoi ça ? – Eh bien, Sœur Eve, elle commence son repas avec une petite prière. – Et alors ? C’est son problème. – Eh bien, je ne voudrais pas être en reste. Mais je ne prie pas, moi. – Tu sais quoi : tu n’as qu’à prier à voix basse. Je vais te faire une petite prière. Je l’ai déjà dans ma tête : J’espère et je prie pour...

Read More