Manneken-Pis et la circulation à Bruxelles
Jan29

Manneken-Pis et la circulation à Bruxelles

Mais ne voilà-t-il pas que nos édiles ont limité la vitesse des véhicules à 30 km par heure, à l’intérieur de la petite ceinture. Bien sûr, je suis concerné, moi, car j’utilise les taxis. Mais les autres, ceux qui se déplacent en vélo ? A cheval ? En skateboard ? Ils n’ont pas de limitation à 30 km par heure, eux ? Peut-on imaginer des files de voitures qui se font dépasser par des cavaliers, par des jeunes à patins à roulettes ? Bonjour les accidents ! D’ailleurs je trouve cette mesure aberrante. D’abord parce que notre monde évolue. Depuis les années 60, on a repensé les transports ferroviaires, et les trains roulent à plus de 300 km par heure actuellement. Tout en marchant, arrivé rue Stassart, voilà qu’une femme fort court vêtue, sac à main en bandoulière, m’aborde pour me demander du feu, avec un regard espiègle. Perdu dans mes pensées, je lui dis – Etes-vous pour la vitesse, ou préférez-vous prendre le temps comme il vient ? – Oh, Monsieur, moi je prends le temps pour ce qu’il est. Il ne faut pas se presser, non ? C’est le même prix. – Et les gens qui passent en skateboard à toute allure, ça vous choque ? – Ca sont les jeunes. Des étoiles filantes comme ceux-là, ça ne fait pas marcher le commerce. Tiens l’autre jour, il y avait deux cavaliers qui se sont arrêtés. Ils n’étaient pas pressés du tout. Ils ont attachés leur monture à une borne de parking. Ceux-là, on peut dire qu’ils dépensent leur fric. Bon, je me dis : pour faire marcher le commerce, mieux vaut une ville à trafic lent. Mais il me parait évident que si tous les véhicules à moteur ou non se déplacent à une allure de mille pattes, il y aura certainement des embouteillages monstres dans le centre de la ville. Nos édiles se sont-ils penchés sur cette problématique ? Un peu plus loin, il y avait une affiche pour une course au trot attelé à l’hippodrome de Boitsfort. Bon, ça tombe bien, je pourrai encore y aller. Est-ce à ce moment que j’ai eu l’idée de ma vie ? L’arrivée des attelages devant les grilles, le coup du départ et puis cette ruée qui prend rapidement une vitesse énorme, les coups de cravache du joker, l’effort de l’autre qui, loin derrière, se cambre contre le cou de l’animal, pour réduire au maximum la résistance de l’air. Le minibus, sur l’allée latérale, qui roule à la même vitesse que le groupe d’attelages. La photo finish à l’arrivée. Le sourire du vainqueur qui reçoit un bouquet d’une fort jolie demoiselle…...

Read More

Manneken-Pis et les retards du chemin de fer

Au Congrès du Chemin de Fer, qui a tenu ses assises récemment à Grand Big Gare, quelque part pas loin de Bruxelles le problème des retards des trains a été évoqué. La Belgique a été pointée du doigt. Je n’ai pas manqué de souligner, au contraire, la régularité de la SNCB, vu que pour rendre visite à mon cousin, je suis arrivé à Grammont avec un retard de 35 minutes pour l’aller, et de 35 minutes pour le retour. On a alors analysé les remèdes qui devaient être apportés au système ferroviaire, pour améliorer la situation. Un convoyeur a lancé une idée qui valait la peine d’être approfondie. Il a suggéré qu’en faisant rouler les trains plus vite, ils arriveraient plus tôt. Comment faire ? C’est fou comme on peut avoir des idées quand on travaille en groupe ! En augmentant le diamètre des roues motrices, on parcourrait une plus grande distance par tour de roue. En ne s’arrêtant pas à certaines gares, on gagnerait du temps. Une femme, blonde bien sûr, a combattu cette proposition : – Si vous allez de Bruxelles Midi à Bruxelles Central, sur cette petite distance, vous n’enregistrerez pas de retard. De même entre Bruxelles Central et Bruxelles Nord, ainsi que de Bruxelles Nord à Schaerbeek. Donc je propose que les trains s’arrêtent à toutes les gares, et même qu’on ajoute des gares arrêts supplémentaires. Quand un sous-chef a émis l’idée de modifier les horaires en ajoutant quelques minutes à chaque arrivée pour se mettre à jour avec la réalité, alors j’ai quitté la réunion. Je me suis rendu dans un magasin de jouets, et me suis acheté un train électrique complet avec rails, signaux, passages à niveaux, un tunnel, une montagne et même une gare avec réverbère. Je l’ai installé sans peine, et j’ai passé ma soirée à lui faire faire des trajets. Il devait effectuer cinquante fois son circuit, avec chaque fois un arrêt à la gare. J’ai chaque fois noté ses heures d’arrivée, et j’ai observé que le train tenait une régularité d’horloge. – Bon, voilà quelque chose d’intéressant, me suis-je dit. Si le train obtient une telle régularité, alors il ne faut pas mettre les retards sur son dos, sur les roues, les arrêts de gare et tout ça. Les retards doivent donc provenir d’un facteur humain. J’ai emballé le train et je sui parti avec chez mon psy, pour lui demander conseil. C’est un homme fort sympa et compréhensif. Nous avons joué avec le train pendant une heure et demie, et alors il m’a dit qu’il pensait que les retards provenaient bien d’un comportement humain anormal, Il m’a proposé...

Read More
Manneken Pis et les Francs-Archers de Braine-le-Château
Jan22

Manneken Pis et les Francs-Archers de Braine-le-Château

Qu’est ce qu’un Franc-Archer ? C’est pendant la Guerre de 100 Ans, en 1411, que le roi de France Charles VI établit des Confréries d’Archers pour la garde des principales villes. En 1445, le roi de France mit sur pied la première armée nationale (et non plus féodale). Par la Grande Ordonnance, il créa des « Compagnies d’Ordonnance », cantonnées dans des villes différentes et composées de 600 cavaliers (dont des archers à cheval) avec coutilliers, pages, archers et valets de guerre. Il s’assurait ainsi une armée permanente de 10.000 hommes. Les Batailles de Crécy et Azincourt prouvèrent la supériorité des archers anglais sur les Français. Afin de compléter cette armée par des « levées partielles », Charles VII promulgua le 28 avril 1448 la Petite Ordonnance. Ces milices de « petite paye » était formée de gens à pied, pour assurer la garnison des places et une sorte d’armée de réserve (3-4000 hommes au total). Chaque village devait fournir un homme robuste et en bonne santé par groupe de 50 maisons. Les Archers étaient d’abord sélectionnés par les officiers royaux (Prévôts) puis directement par les villageois qui devaient lui fournir un équipement complet. Source Qu’est ce qu’un Franc-Archer ?...

Read More

Manneken-Pis et le Méchant Petit Poucet

La situation de notre Royaume pose bien des problèmes à nos dirigeants. Je ne parle pas des zizanies intestinales en vue d’un peu probable gouvernement dans un peu proche avenir. Non. Il y a des choses bien plus graves qui se passent, et dont on ne nous met pas au courant. Et pour cause ! Il y a d’abord eu cette lettre signée « Petit Poucet » et adressée à notre Premier Ministre ; « Mon Cher Premier Ministre, Vous avez une semaine pour me faire parvenir cent millions d’euros, faute de « quoi votre pays sera réduit à un simple confetti. Vous pourrez facilement trouver cette somme dérisoire en faisant un petit trou dans le budget de l’Etat. D’autres instructions vous arriveront d’ici peu. Veuillez confirmez la bonne réception de ce message en incorporant trois fois le mot « koheul » dans votre JT de la soirée de mardi prochain. » Le mercredi, lendemain de la date d’échéance, quasi toutes les routes du Royaume étaient impraticables, suite aux nombreux nids de poules. Il y eu alors une deuxième lettre de Petit Poucet, à laquelle notre Premier Ministre fit encore la sourde oreille. On assista alors à la plus grande anarchie dans les transports. Les trains étaient victimes des plus grands retards connus. Les routes étaient hors d’usage au point que plus rien ne roulait. Les camions étaient gentiment invités de se ranger n’importe où sur la bande de droite de nos autoroutes. Même les avions étaient cloués au sol, les voyageurs étant gentiment invités de loger à même le sol dans la salle des pas perdus de l’aéroport. Comme notre Premier Ministre continuait à faire la sourde oreille, il arriva encore une lettre sur son bureau, toujours signée « Petit Poucet » : « Mon Cher Premier Ministre, Vous semblez mésestimer le potentiel de puissance dont je dispose. « Maintenant mes exigences sont plus grandes encore, et je me contenterai de recevoir deux cent cinquante millions d’euros. Cette fois confirmerez la réception de ce message, grâce au mot « jéjunum » répété trois fois comme convenu auparavant. » Derechef notre Premier Ministre ne tint pas compte de cette revendication. Il s’en suivit alors des inondations dévastatrices dans tout le Royaume. Les pompiers ne savaient plus où donner de la tête. Le canal Albert était bientôt sous eau. L’eau de la Vierre se confondait avec l’eau de l’Yzer. Les stations de pompage étaient hors d’usage et les habitants de certains quartiers n’avaient même plus la possibilité de se laver. La Protection Civile apporta des berlingots d’eau potable un peu partout. Mais notre Premier Ministre tint bon. La lettre qui parvint alors sur son...

Read More
Manneken-Pis contre Manneken-Pis
Jan21

Manneken-Pis contre Manneken-Pis

On est de plus en plus harcelé par des coups de téléphone de gens bien intentionnés qui veulent vous vendre des articles dont on n’a que faire. Ce sont en général des demoiselles à la voix plus qu’amicale, et je dois dire que ça me fait toujours grand plaisir de papoter avec elles. Je les écoute avec beaucoup d’attention, en fermant les yeux, pour essayer de m’imaginer à quoi elles ressemblent. Mais l’autre jour, à l’heure du midi comme d’habitude, c’était une voix d’homme qui me proposait du vin. Pas n’importe quelle piquette. Des bouteilles de grands vins. Des Bordeaux « crus bourgeois » remis à domicile, avec en prime un tire-bouchon et un thermomètre spécial. Je n’aimais pas trop sa voix. Aussi je lui demandai : « Passez-moi donc votre fille. C’est toujours avec elle que je traite ». – Mais Monsieur, je n’en ai pas. – Ah ça alors. Passez-moi votre épouse, si vous voulez bien. – Mais Monsieur, je suis célibataire. – Ah, ça tombe mal. – Pardon ? – Rien. Je pensais tout seul. – Mais le vin que j’ai l’honneur de vous présenter, c’est un vin que vous ne trouverez pas dans le commerce. – Ah bon ? – Oui, il s’agit d’un « Château Comte Manneken Pis » 2008, de la région de Pauillac. Appellation contrôlée bien sûr. – Ca alors. – N’est ce pas ? Et comme client privilégié, je vous fais un rabais de 10%. – Mais si c’est du Comte Manneken Pis, je vous en achète volontiers une bouteille. – C’est-à-dire, Cher Monsieur, qu’on le vend par caisse de 12 bouteilles. Finalement on s’est mis d’accord pour 12 caisses de Château Manneken Pis 2008. Ils sont tout de même forts, ces vendeurs. Le vin est bien arrivé. La première chose que j’ai fait, c’est de faire constater par exploit d’huissier que les bouteilles étaient bien intitulés Château Comte Manneken-Pis. Ensuite j’ai appelé mon avocat, et l’ai chargé de faire procès contre le Comte Manneken-Pis pour usurpation de nom, utilisation frauduleuse de nom en vue d’actes commerciaux illicites, utilisation d’étiquettes à mon effigie sans mon accord préalable (et subsidiairement atteinte à ma vie privée par voie d’images photographiques,) commercialisation de produits périssables sans mon accord préalable, fausse déclaration de lieux d’origine du produit, confusion possible quant à la demande de garantie du produit incriminé dont j’entends bien ne pas avoir à répondre, et enfin appellation contrôlée attribuée à une marque de produit pouvant donner lieu à confusion par rapport aux produits de ma marque. Ils sont quand même forts, ces avocats. J’ai perdu le procès, car les vins Château Manneken-Pis ont une antériorité...

Read More
Manneken-Pis en toge d’avocat
Jan21

Manneken-Pis en toge d’avocat

Manneken-pis rend hommage au Barreau de Bruxelles, qui fête son bicentenaire*. A cette occasion, il a revêtu un costume qui lui a été offert le 31 mai 1937 par la Conférence du jeune barreau. Aujourd’hui en Belgique, « la toge que portent les avocats est de tissu de laine noire, fermée devant, à manches larges et à rabat blanc plissé. Elle est revêtue de l’épitoge, pièce de tissu de laine noire, froncée en son milieu, garnie aux extrémités d’un rang de fourrure blanche, qui se place sur l’épaule gauche et pend sur la poitrine et sur le dos. » (arrêté royal du 30 septembre 1968) *Le 13 juin 1811, la Cour impériale de Bruxelles arrête le premier tableau de l’Ordre des avocats de Bruxelles : 174 avocats y étaient inscrits. A la même date, eut lieu la première assemblée générale des avocats qui procéda à la nomination des candidats pour former le conseil de discipline. (Source www.barreaudebruxelles.be) Un avocat pour quoi faire ? L’avocat vous conseille et vous éclaire sur les conséquences juridiques de vos choix privés et professionnels. Il vous indique la voie à suivre en vous permettant de prévenir les causes possibles de litiges. Il vous assiste dans la négociation et la rédaction de vos contrats privés ou commerciaux. Le rôle de l’avocat est aussi de vous protéger, de vous défendre et de vous représenter en toutes circonstances devant les cours et tribunaux pour y faire valoir vos droits. L’avocat peut vous aider à résoudre un litige à l’amiable, en utilisant son expérience en matière de gestion des conflits pour vous éviter les coûts, la durée et les tensions engendrés par un procès. L’avocat peut aussi vous assister dans une médiation qui est une méthode rapide de résolution des conflits favorisant l’écoute et l’intervention des parties. (Source www.barreaudebruxelles.be) Plus d’infos :...

Read More
Manneken-Pis et le salon de l’auto
Jan13

Manneken-Pis et le salon de l’auto

Monsieur le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles m’a avisé que le Conseil Communal a décidé de m’offrir une voiture. Je pourrai la choisir au Salon de l’Automobile, lors de son ouverture officielle pour les édiles et autres personnalités, le vendredi 14 janvier 2011. Donc, dès à présent, je fais des recherches, en vue de sélectionner le meilleur véhicule qui corresponde à mon profil. La première chose à laquelle je dois penser, c’est son économie d’utilisation, et naturellement je pense à sa consommation. Et je me dis qu’une voiture doit donc avoir des roues motrices de grand diamètre, de manière qu’à chaque tour de roue, elle parcoure le maximum de distance. Ensuite, il faut penser sécurité. Je suis fort tenté par une auto chouette, et romantique à souhait. Il s’agit du modèle « scooter » de Dieu sait quelle marque. Pas de coffre à bagages, mais des couleurs extra : orange ou bleu ou jaune ou vert ou encore rouge pompier. Elle est mignonne et si petite qu’on peut avec peine s’y loger à deux, très serrés l’un contre l’autre. Rien que ça, c’est un argument qui compte… Et sa sécurité consiste en une épaisse couche de caoutchouc placée au bas du véhicule, tout autour de celui-ci. Cela amortit les chocs d’une manière incroyable. Mais, comme je n’ai pas compris à quoi sert le piquet vertical à l’arrière, je me suis dit que j’allais réfléchir. Et puis elle n’est pas pourvue de ceintures de sécurité. D’autres modèles me tentent aussi. Par exemple une marque américaine a sorti un véhicule avec une carrosserie en acier coulé de 4 cm d’épaisseur, et muni non pas de roues, trop faciles à démolir, mais de chenilles. Là aussi, je n’ai pas compris pourquoi il y avait une barre devant la voiture, qu’on pouvait diriger dans tous les sens. Et puis je ne voyais pas vraiment où se trouvaient les fenêtres. Parmi les voitures françaises, il y a le modèle B-Bendum, où la sécurité consiste en des rangées de tubes horizontaux qu’on pourrait appeler des pneus, et qui sembleraient, encore que je n’en sois pas certain, agir comme autant d’airbags. Les Japonais ont sorti un modèle intéressant, le Kamkase, qui a tendance à se diriger droit sur le véhicule qu’il croise, et force ainsi le conducteur de ce dernier à faire le nécessaire pour éviter la collision. Je n’ai pas fait d’essai sur ce modèle. J’ai aussi repéré une voiture genre station wagon quasi wagon-lit, qui est prévue pour y accrocher des fleurs. Mais la couleur sombre de ce véhicule est dépressive au possible. Finalement mon choix s’est porté sur une superbe limousine avec...

Read More
Manneken-Pis en chef de la fanfare du Meyboom
Jan08

Manneken-Pis en chef de la fanfare du Meyboom

Après avoir campé le milieu, esquissé la mentalité des acteurs, nous pouvons essayer de retracer l’évolution relativement récente de cette fête, la plus authentiquement populaire du vieux Bruxelles et, pendant qu’il en est temps encore, étudier le processus de son adaptation à un nouvel état de choses qui pourrait, sinon provoquer son abandon, du moins le transformer radicalement. Nous ne savons rien de positif sur son origine. Une gilde de Saint-Laurent avait, au Marais aux Cygnes – c’est-à-dire à peu près à l’emplacement de l’actuelle rue Saint-Laurent – un oratoire placé sous l’invocation de son patron. Le duc Jean III réunit cette gilde au grand serment des arbalétriers. Une charte de Wenceslas et de Jeanne approuve cette disposition en 1381. Les données dont nous disposons quant à l’histoire ancienne de la coutume sont rares et fragmentaires. Elles prouvent seulement qu’elle était en usage dès la fin du XVIème siècle. En 1597, en 1635, en 1648, la Chambre des Comptes autorise les habitants du quartier du Marais à prendre l’arbre de mai dans la forêt de Soignes. EN 1653, un accident se produit lors de son érection : il tombe sur des bateliers qui le dressaient et en écrase trois. L’usage doit être bien respecté au début du XVIIIème siècle puisqu’un bourgeois de Bruxelles considère comme digne d’être noté dans son Livre de Raison le fait que le Meiboom n’a pas été planté en 1725. Enfin, suivant un témoignage de l’époque, la coutume aurait été bien près d’être abandonnée peu après 1830, en raison des conditions économiques, si quelques vieilles femmes ne s’étaient émues de cet abandon. Leur intervention, écrit Wauters, était provoquée par l’importance que le peuple attachait à la plantation du mai, privilège accordé aux Bruxellois et dont ils perdraient le bénéfice au profit des Louvanistes si la cérémonie n’avait pas lieu au jour dit et avant l’heure fixée. On trouve là, pour la première fois, mention du « privilège » et d’une sanction s’il n’est pas exercé. Mais l’ignorance ou l’oubli de l’origine d’une coutume n’ont aucune influence sur son maintien. Ce n’est jamais, en effet, sa justification historique qui conditionne les attitudes mentales de ceux qui la pratiquent, mais l’idée qu’ils se font de cette origine, idée que traduisent les explications légendaires forgées à leur mesure et continuellement adaptées aux individus et aux époques. La plantation du Meyboom la veille de la Saint-Laurent n’a, en soi, rien d’étonnant. Un mai ne se plaçait pas uniquement le 1er jour du joli mois, mais était, aussi, à toute époque de l’année – devant la demeure des notables, devant des églises ou des chapelles, à l’occasion de la fête...

Read More
Manneken-Pis et l’éclipse de Soleil
Jan04

Manneken-Pis et l’éclipse de Soleil

Je vous jure que j’ai vu l’éclipse de Soleil ce 4 janvier matin. J’ai assisté à ce magnifique phénomène d’éclipse et j’ai vu le Soleil qui portait des cornes de cocu. C’est un spectacle grandiose, et bien d’autres ont eu la chance de voir cette manifestation de la nature. Je vous jure que j’ai vu ça. Mais on m’a traité de menteur. On m’a envoyé des lettres de menaces, anonymes bien sûr. On a dit que si je persistais dans mes assertions, je serais brûlé vif, lapidé, abattu comme un vulgaire cabot. Voyons maintenant calmement les faits. Admettons qu’une personne intelligente se trouve quelque part sur la surface du Soleil au moment de cette éclipse. Voilà ce qu’elle pourrait raconter de ce qu’elle a pu observer : – Sur la surface de cet astre, il n’y avait aucun endroit qui soit obscurci. Le Soleil était absolument normal, sans aucune zone sombre. Et la Lune était brillamment éclairée, et au moment de l’éclipse, elle entrait dans la lumière de la Terre, de telle sorte qu’il était fort difficile de la distinguer, jusqu’au moment où, à la fin du phénomène, elle était de nouveau visible, aussi claire qu’avant. Donc je considère que Manneken-Pis n’est qu’un sale menteur. Admettons maintenant qu’une personne intelligente se trouve, elle, quelque part sur la surface de la Lune au moment de cette éclipse. Voilà ce qu’elle pourrait raconter de ce qu’elle a pu observer : – J’ai vu le Soleil qui brillait dans sa totalité, sans aucune zone obscure. De l’autre coté, j’ai vu la Terre avec une zone d’ombre. Cette ombre grandissait jusqu’à devenir circulaire et un peu plus grande que l’Australie. Elle est restée de même grandeur, pour diminuer et finalement disparaître après quelques heures. Vraiment je me demande pourquoi Manneken-Pis raconte de telles sornettes. Peut-être pour détourner l’attention du monde sur les problèmes polichinello-politiques de son pays. Mais j’ai horreur des mensonges et je regrette l’attitude de ce meteko qui ment comme il respire. Et voilà où j’en suis. Je n’ai plus qu’à me cacher dans la grande forêt amazonienne en attendant des jours meilleurs. Car voilà qu’éclate maintenant une évidence dont on ne se doutait guère : il n’y a pas qu’une seule vérité. On n’est pas blanc ou noir. On ne peut pas dire la vérité sans qu’on nous traite de sale menteur. On ne peut pas mentir sans qu’on ne vous croie sur parole. Car maintenant il y a trois vérités. Et pour moi, il y en a deux de trop. Mais ne vous en faites pas : un jour je leur dirai mes quatre vérités, à ces...

Read More
Manneken-Pis en Hussard hongrois
Jan03

Manneken-Pis en Hussard hongrois

Les hussards constituaient une unité de cavalerie légère. Le terme vient du hongrois « Huszár » qui signifie « vingtième » car une recrue sur vingt de l’armée hongroise était affectée à la cavalerie. À l’origine corps de cavalerie légère créé en 1458 par Mathias Corvin pour combattre les Turcs, les hussards tirent leur nom du mot hongrois húsz (prononcer « houss ») qui signifie « vingt ». En effet, dans le royaume de Hongrie, dès le Moyen Âge, chaque village devait fournir au souverain des cavaliers montés équipés et armés au nombre de un pour vingt hommes valides.[1] D’où le nom de « houzard » devenu par la suite « hussard ». Les premiers hussards furent levés par Matthias Ier de Hongrie en 1485 lors de sa guerre contre les Ottomans où ils affrontèrent avec succès les spahis turcs. Le modèle fut copié dans d’autres armées en premier lieu par les Polonais. Les Autrichiens faisaient appel aux hussards hongrois. Des hussards polonais affrontèrent l’armée de Gustave-Adolphe de Suède. Frédéric II de Prusse utilisa grandement les hussards lors de la guerre de Succession d’Autriche et les Britanniques employèrent des hussards venant de Hesse lors de la guerre d’indépendance américaine. Les hussards de Pologne-Lituanie dans la république des Deux Nations furent structurés en cavalerie lourde. Dans l’armée française, les hussards apparaissent en 1637, mais ils ne forment une arme distincte dans la cavalerie qu’en 1776. Les 6 régiments de hussards de 1789 deviennent 14 sous la Révolution et sont réduits à 10 en 1803. Deux régiments supplémentaires sont créés en 1810 avec les hussards hollandais et le doublement du 9e en Espagne. Servant d’éclaireurs, chargés de harceler l’adversaire, les hussards firent toujours preuve d’un courage exceptionnel et écrivirent les plus étonnantes pages de l’histoire militaire, capturant en 1795 la flotte hollandaise prise dans les glaces au Texel, faisant capituler la forteresse de Stettin, participant à toutes les grandes charges… Lire la suite sur...

Read More