Manneken Pis et la Présidence Belge de l’UE

La Belgique a pris la Présidence de l’Union Européenne durant le semestre écoulé. Et malgré l’absence d’un gouvernement capable de grandes réformes, la Belgique a bien accompli sa mission européenne. De toutes parts, les échos se sont relevés positifs.
Je pense néanmoins qu’il a raté le coche.
On avait ici une occasion en or de couper court à l’envie qu’ont les commissaires et les ministres de défendre les intérêts de leur Etat au lieu de servir avant tout l’intérêt de l’Europe. Et ça, aucune Présidence n’a jamais réussi sur ce plan. Et voilà que la Belgique, grande Reine des compromis, n’a pas compris qu’elle pouvait y arriver. Et c’est tristement dommage, car elle aurait enfin pu redonner à notre pays une renommée et un lustre qui lui fait si justement défaut en ces temps difficiles.
Mais vous me direz : « Mais Manneken toch, tu rêves, ou quoi ? »
Mais non, et c’est même tellement simple, que personne n’y a songé.
Avez-vous déjà joué à bataille ou au Monopoly ? Peut-être, mais pas comme je vais vous le présenter maintenant.
Vous avez votre jeu, mais vous décidez qu’un autre partenaire joue avec vos pièces et que vous jouez avec les pièces encore d’un autre des joueurs. Ca complique joliment le jeu. Vous avez votre jeu devant vous, mais on décide que c’est le jeu de Pietje et donc vous essayez de le faire gagner, comme Pietje joue avec le jeu de Pauleken pour faire gagner Pauleken, etc…
C’est clair ?
Si Pietje perd, comme il joue avec votre jeu, c’est vous qui avez perdu. En fait, il n’a aucun intérêt de gagner ou de perdre, puisqu’il joue avec votre jeu.
C’est bien clair ?
Et donc, aucun des joueurs ne se sent vraiment perdant, ni gagnant.
C’est toujours clair ? Hum…
Bon, maintenant, pourquoi est-ce que je vous raconte cette parabole ? Bien sûr, vous l’aurez deviné, c’est pour montrer comment la Belgique a raté le coche lors de la Présidence Belge de l’UE.
Car il suffit de faire en sorte que les ministres et autres personnages mandatés par la France auront à défendre les intérêts des Polonais (mettons), qui, eux, défendront au Parlement Européen les intérêts de la Grèce (mettons) qui, eux défendront les intérêts de la Croatie (mettons), etc…
Aucun des Eurodéputés, Euro-Ministres, Euro-Commissaires, ne défendront bec et ongles les intérêts des vignerons français ou des producteurs de plum pudding de Birmingham, puisqu’ils ne sont pas Français, Britanniques, etc…et dès lors, toutes les Euro-Recommandations seront votées avec un objectif centré sur l’Europe.
Je vous quitte, car je dois prendre le Thalys pour Paris, où on m’attend à l’Elysée.

Encore plus de Manneken-Pis ?

Author: Quentin

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>