Manneken-Pis aux couleurs de la Guilde des Bouchers bruxellois

La corporation des bouchers de Bruxelles souffle cent bougies

Tripes et trompettes sur la Grand-Place

Célèbre, riche et turbulente. C’est par ces adjectifs que la Corporation des bouchers-charcutiers de Bruxelles qualifie sa longue histoire. Même si la capitale a aujourd’hui gommé les édifices qui témoignaient de l’importance de cette profession au cours des siècles, de nombreux documents en relatent encore les moments forts.

Ils nous apprennent par exemple qu’il y avait, déjà en 1221, une Halle-aux-Viandes derrière l’actuelle Maison du Roi, contenant des stalles que nul ne pouvait occuper s’il n’était du métier. Construite en bois, elle fut restaurée à plusieurs reprises avant de disparaître en 1405. En 1567, une nouvelle halle, que l’on baptisa «Grande Boucherie» fut aménagée.

Le paradoxe de l’histoire politique veut qu’en 1422 toute personne exerçant un métier dut entrer dans une gilde, tandis qu’en 1791, Napoléon interdit les assemblées de citoyens. Les bouchers bruxellois ont continué à transmettre leurs us et coutumes, notamment en perpétuant les règles d’apprentissage et de compagnonnage. La volonté de défendre les intérêts de la profession aboutit en 1894 à la création de la Corporation royale des bouchers et charcutiers de Bruxelles, qui fête son centenaire dimanche.

– Notre rôle est de défendre notre métier, explique Benoît Faut, membre de cette union professionnelle.

– Nous avons des services juridiques et techniques. Nous donnons des conseils, nous contractons des assurances, complète Marc Landuyt.

Comptant près de 600 membres à Bruxelles et dans les environs, l’association tente aujourd’hui de revaloriser le métier, déserté par les jeunes.

– C’est un métier très dur, avoue M. Faut. La relève n’est plus assurée. Heureusement, on assiste à un certain regain, notamment auprès des filles, qui remportent bon nombre de concours en Europe.

Pour redorer le blason (ou le couteau) de la profession, la gilde renaîtra de ses cendres, avec la ferme volonté de participer à de multiples manifestations folkloriques. La première d’entre elles se déroulera ce 19 juin après-midi, avec des animations et des dégustations sur la Grand-Place.

(Par Marie-Line Gabriel, vu sur archives.lesoir.be/la-corporation-des-bouchers-de-bruxelles-souffle-cent/ )- Manneken-Pis et les Bouchers Bruxellois

Encore plus de Manneken-Pis ?

Manneken-Pis by Tassini pour la journée du Handicap
Manneken-Pis en tenue du Cyclo Woluwé-Saint-Lambert
Manneken-Pis en chef de la fanfare du Meyboom
Manneken-Pis et la République Dominicaine
Manneken-Pis et les Francs-Archers
Enterrement de vie de jeune fille... (Arbalétrier de l’ancien Grand Serment Royal et Noble Notre-Dam...
Manneken-Pis Poepedroeger
Manneken-Pis et ses amis (Ordre des Amis de Manneken-Pis)
Manneken-Pis aux couleurs des volontaires pour la Corée
Manneken-Pis en panda géant
Manneken-Pis et la Confrérie de l'Ordre de St Antoine de Blehen
Fête de la Bande dessinée : Manneken-Pis et Obélix
Manneken-Pis et la révolution de 1830
Manneken-Pis pour l'Albanie
Manneken-Pis chef de la fanfare du Meyboom
Manneken-Pis et Monsieur Beulemans
Manneken-Pis et la Journée mondiale du commerce équitable
Manneken-Pis et La Bruegelienne
Manneken-Pis Louis Braille
Manneken-Pis Chef, le de la fanfare du Meyboom

Author: krek

Share This Post On

Trackbacks/Pingbacks

  1. Novembre 2014 | Manneken-Pis - […] Dans le cadre du Chapitre annuel de la confrérie. Salutation à 15h00 devant Manneken-Pis. Article du 31/10/2010 : Manneken-Pis…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *