Manneken-Pis et le clonage

Manneken-Pis Bruxelles

Voilà déjà pas mal de temps que je me rends compte qu’on me cache quelque chose. Mais diable, c’est quoi donc qu’on me cache ?

Ca a commencé quand j’ai remarqué que de plus en plus d’hommes passaient me voir. Oui, d’habitude j’ai plus de succès auprès de la gente féminine, mais brusquement il y avait un afflux d’hommes d’affaires, qui me regardaient avec attention, en discutant. Vraiment, je me croyais presque cobaye dans un auditorium où se donnait un cours au sujet d’un cas exceptionnel de maladie rare.
D’ailleurs, rien qu’à les entendre parler entre eux…

– Tu as vu ses dents ? On pourrait essayer là, non ?
– Je préfèrerais partir de la moelle épinière. C’est plus sûr.
– Dans son cas, je partirais de son gros orteil.

Un jour, c’était un groupe de japonais, un autre jour il me semblait qu’il s’agissait de personnes parlant le russe. Et ce qui m’intriguait, c’est qu’ils ne faisaient jamais de photos.
Enfin un matin vers les dix heures, une camionnette s’arrêta contre les grilles, et deux hommes en sortirent. Ils étaient vêtus d’une espèce de camisole, et portaient sur leur tête une sorte de béret comme en portent les soldats cubains. Ils parlaient parfaitement le français, avec un accent prononcé de brusselaire.

– Allez, ça va. Il rentrera bien dedans.
– Ok, mais n’oublie pas les sangles, comme la fois passée, avec cette vieille statue.
– C’est bon. Y a plus qu’à prévenir le chef que c’est en ordre pour demain.

Ca y est. J’ai tout compris. On va m’amener vite fait dans une maison de fous.

Ce soir là, il y avait une réception à l’Hôtel de Ville, pour fêter les noces d’or de quelques couples. J’en profitai pour aborder l’Echevin de la Population.

– Alors Jules, on me prend pour un fou ici ? Et on me traite de vieille statue. Qu’est-ce que ça veut dire ?
– Hein ? Mais de quoi tu parles ?
– Eh bien, il parait qu’on vient me chercher demain pour me mener à l’asile.
– Mais tu n’y es pas. Demain on te fait une prise d’ADN.
– ADN ? Et pourquoi ? Je me sens tout à fait bien.
– C’est pas ça le problème. On a fait des tas de photos de toi. Des tas de statuettes. Des vidéos, et tout ce que tu peux imaginer. Tu es dans les magasins du monde entier. Tout le monde te connait. Et maintenant on paie le prix de ton succès. Plus rien de toi ne se vend. Trop c’est te veel, comme on dit. Alors on a pensé à d’autres débouchés.
– Et alors ?
– Awel, on va te cloner. On va prendre une cellule de ta moelle épinière, et de là on pourra faire des copies de toi. Ca va être vendu comme des petits pains, je t’assure.
– Rien que ça ? Mais tu vois ça d’ici que tu vas vendre des copies de moi.
– Et pourquoi pas ?
– Parce que. Tiens, j’ai une bonne idée, mais ça risque de faire augmenter le chômage dans le monde. Il y a sur notre planète quelques quarante mille parlementaires et près de cinq mille ministres qu’il faudrait raisonnablement remplacer par des gens plus dynamiques et plus aptes à prendre leur responsabilité pour assumer des décisions de plus en plus difficiles. Je vois fort bien des copies de moi prendre le relais et je ne doute pas un instant que ça changera la face du monde.

Encore plus de Manneken-Pis ?

Author: Quentin

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>